Ligue des champions: Chelsea a déjà écrit son histoire

le
0
Ligue des champions: Chelsea a déjà écrit son histoire
Ligue des champions: Chelsea a déjà écrit son histoire

par Martyn Herman

LONDRES (Reuters) - Quoi qu'il arrive en finale de la Ligue des champions le mois prochain, la victoire de Chelsea sur Barcelone en demi-finale après le match retour disputé mardi au Camp Nou restera l'un des plus grands succès du club londonien.

Réduit à 10 après un moment d'égarement de son capitaine John Terry à la 37e minute et mené 2-0, Chelsea s'est montré solide et est parvenu à égaliser dans le temps additionnel par Fernando Torres, qui fut en disgrâce durant plusieurs mois, pour arracher sa qualification 3-2 au terme des deux matches.

Les Blues se sont montrés héroïques en défense et l'obsession du Barça de s'en remettre à son jeu de passes leur a permis de sortir d'une situation qui s'annonçait compliquée pour décrocher leur billet pour l'Allianz Arena de Munich, le 19 mai.

La presse britannique encense mercredi Fernando Torres, auteur du deuxième but londonien qui a tué le match, le qualifiant de "magnifico" ou encore d'"homme miracle".

Auparavant, un sublime but du Brésilien Ramires, juste avant la mi-temps, avait remis Chelsea sur la voie, alors que le Barça menait 2-0.

Torres était, lui, entré en jeu en remplacement de Didier Drogba à la 80e minute et son but a libéré Chelsea au terme d'un match d'une haute intensité dramatique.

TERRY SORTI

Après une saison considérée comme l'une des pires de l'histoire récente de Chelsea et alors qu'il était prédit un dernier baroud européen à la vieille garde du club, comme Didier Drogba et Frank Lampard, les Blues sont désormais à une victoire du bonheur absolu.

Pour vaincre le Bayern Munich ou le Real Madrid le 19 mai, ils devront cependant le faire sans John Terry, auteur d'un coup de genou dans le dos d'Alexis Sanchez qui lui a valu un carton rouge.

Le capitaine du club anglais sera donc privé de finale, tout comme ses coéquipiers Branislav Ivanovic, Raul Meireles et Ramires, qui se sont battus comme des lions mardi soir.

La roue a tourné pour Chelsea depuis que le manager Andre Villas-Boas a été limogé par le propriétaire Roman Abramovich et replacé par Roberto Di Matteo qui a su relancer le club et peut lui permettre de soulever la Ligue des champions pour la première fois de son histoire.

Le premier match dans la compétition européenne de Di Matteo a été le quart de finale retour remporté 4-1 à domicile contre Napoli, qui s'était imposé 3-1 à l'aller.

L'entraîneur italien a aussi été accompagné par la chance lorsqu'il a remporté un match de Premier League grâce à deux buts marqués malgré des positions de hors jeu contre Wigan (2-1) ou une demi-finale de la Cup contre Tottenham (5-1) avec un but validé bien que le ballon n'ait pas franchi la ligne.

Lors des deux matches contre le Barça, Chelsea a souvent été sauvé par les poteaux et Lionel Messi, auteur de 63 buts toutes compétitions confondues cette saison, s'est inexplicablement montré inefficace face au club anglais.

Mardi, il a même manqué un penalty, le ballon échouant sur la transversale. Quelques minutes plus tard, l'un de ses tirs frappait le poteau.

Chelsea, sixième de Premier League, bataille pour terminer dans les quatre premiers et n'a aucune assurance de revoir la Ligue des champions la saison prochaine, sauf à s'imposer en finale à Munich le mois prochain.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant