Ligue des champions: Bayern et Barça, de si proches ennemis

le
0
LE BAYERN REÇOIT LE BARÇA EN DEMI-FINALE ALLER DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
LE BAYERN REÇOIT LE BARÇA EN DEMI-FINALE ALLER DE LA LIGUE DES CHAMPIONS

par Brian Homewood

MUNICH (Reuters) - Pep Guardiola, futur et ancien entraîneur des deux clubs, n'est pas l'unique point commun entre le Bayern Munich et le FC Barcelone, qui s'affrontent mardi en demi-finale aller de la Ligue des champions à l'Allianz Arena.

Les deux formations écrasent leur championnat, elles ont remporté la plus prestigieuse des compétitions européennes quatre fois chacune, elles détestent le Real Madrid et toutes deux doivent une partie de leur succès à Louis van Gaal.

Le Barça et le Bayern ont disputé deux finales de Ligue des champions ces quatre dernières années, à la différence près que les Catalans en sont sortis vainqueurs.

Barcelone, qui possède 13 longueurs d'avance en Liga, pourrait toutefois être considéré comme l'outsider de la demi-finale.

Les Bavarois, même avec leurs meilleurs joueurs au repos, ont gagné leurs deux derniers matches 6-1 et ont remporté la Bundesliga il y a déjà deux semaines.

"Les joueurs prennent du plaisir et leur comportement est superbe", résume l'entraîneur, Jupp Heynckes.

"Chaque joueur est motivé, le jeu est fluide, on est discipliné et on marque des buts magnifiques.

"Les joueurs ont montré (lors de la victoire 6-1 contre Hanovre en championnat, NDLR) qu'on n'avait pas d'équipe B, juste une équipe première".

La domination du Bayern sur le championnat d'Allemagne fait grincer quelques dents et le président Uli Hoeness estime que la situation doit être étudiée.

"Il y a de grosses différences de niveau et on ne peut pas faire comme si de rien n'était", dit-il.

"Il faut analyser cette situation".

Devant la supériorité du Barça en Espagne, la presse madrilène se demande même si les Blaugranas vont prendre la peine de fêter leur titre à venir.

"Il y a des gens qui essaient de faire croire que le titre de champion d'Espagne ne compte pour rien mais ce n'est pas le cas, c'est un titre très important", se défend Cesc Fabregas.

SALE SOUVENIR POUR LE BAYERN EN 2009

Le Bayern veut croire que son style de jeu et sa politique de formation en font un équivalent du Barça et que c'est pour cette raison que Guardiola entraînera le club l'année prochaine.

Hoeness a révélé récemment que le Bayern avait entamé les discussions avec l'Espagnol bien avant qu'il ne donne son accord en janvier.

"J'avais l'impression depuis le début que le Bayern était un club similaire au Barça donc ce n'était pas difficile de le convaincre", a-t-il expliqué.

Entre les deux clubs, il existe aussi une "Van Gaal connexion".

Le technicien néerlandais a été limogé du Bayern il y a deux ans mais il reste l'architecte de l'actuel fond de jeu des Bavarois, en tout cas celui qui en a établi les fondations.

C'est sous ses ordres que le Bayern s'est mis à presser haut, à attaquer quasi en permanence et à faire de la possession de balle une obsession.

En 2000, Van Gaal avait quitté le Barça dans des circonstances un peu similaires et il avait lui aussi réconcilié le club avec son palmarès alors que celui-ci était privé de titre depuis quatre ans. Il avait également pris une décision forte, à savoir confier le brassard de capitaine à Pep Guardiola.

Dans l'histoire de la C1, les confrontations entre le Bayern et le Barça sont rares. La dernière en date, un quart de finale en 2009, s'était soldée par un 4-0 au Camp Nou en faveur des Catalans puis par un match nul en Bavière (1-1).

"Je me souviens très bien de ce match et je n'ai pas trop envie d'y penser car c'était vraiment pénible à regarder", raconte le dirigeant du Bayern Karl-Heinz Rummenigge.

"Mais il s'agit d'une formidable opportunité de montrer que depuis, nous avons considérablement progressé."

Pour ce premier choc de mardi, le Bayern sera privé de son attaquant Mario Mandzukic, suspendu, et de Toni Kroos, blessé.

De son côté, le Barça évoluera sans ses deux défenseurs centraux habituels Carles Puyol et Javier Mascherano, tous les deux blessés.

Avec Iain Rogers à Madrid, Julien Prétot et Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant