Ligue des Champions : battu à Valence (3-1), Monaco a gâché ses chances

le
0
Ligue des Champions : battu à Valence (3-1), Monaco a gâché ses chances
Ligue des Champions : battu à Valence (3-1), Monaco a gâché ses chances

C'est un résultat franchement mauvais que Monaco ramène de Valence (Espagne). Avec cette défaite 3-1, les statistiques donnent à peu près 25 % de chances de passer à l’ASM lors du match retour de ces barrages de Ligue des Champions. Autant dire très peu.

Voilà Toulalan et les siens condamnés à l’emporter 2-0 ou par trois buts d’écart mardi prochain au stade Louis-II pour espérer participer à la phase de poules de la Ligue des champions. Il faudra donc un authentique exploit. D'autant que ces joueurs de Valence, très remuants, sont capables de marquer à tout moment.

« On est tombés sur une très bonne équipe espagnole, confie Fabinho. On a fait de grosses fautes. J’ai senti l’équipe fatiguée sur la fin. » Le Brésilien est dans le vrai. Les Monégasques pourront longtemps regretter leur entame de match. Il leur fallait pallier les absences d’Abdennour, Kurzawa et Moutinho. Mais peu de gens pensaient qu’ils peineraient à ce point pour entrer dans la rencontre.

Au bout de quatre minutes, ils étaient menés 1-0 et ce n’était que mérité. Le but de Valence avec une offrande de Feghouli pour Rodrigo était un modèle du genre. Mais les minutes qui suivirent auraient pu placer l’ASM dans une situation plus inconfortable encore tant les joueurs de Jardim paraissaient dépassés par le rythme.

Ce n’est que quelques minutes avant le repos que Valence fut bousculé par les Monégasques. Un tir sur le poteau de Silva (33e) et un but refusé à Martial (39e) faisaient enfin passer des frissons dans le dos des fans espagnols. Le but de l’espoir, les Rouge et Blanc le doivent à un numéro exceptionnel de Martial sur le côté gauche. Un centre tendu, un dégagement raté de Vezo et Pasalic pouvait envoyer le ballon hors de portée de Ryan (49e).

Mais ce sursaut fut hélas accompagné de plusieurs situations chaudes autour de la cage de Subasic. Que de relâchements coupables. Ce fut d’abord Parejo qui profita ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant