Ligue des Champions, 3e journée : Vasilyev, made in Moscou

le , mis à jour à 09:58
0
Ligue des Champions, 3e journée : Vasilyev, made in Moscou
Ligue des Champions, 3e journée : Vasilyev, made in Moscou

Lorsqu'il pénétrera ce soir dans l'enceinte du CSKA Moscou, opposé à Monaco en Ligue des champions, Vadim Vasilyev masquera certainement son émotion. Question de caractère, de pudeur aussi... Mais, quelques minutes avant le coup d'envoi, le vice-président de l'ASM aura forcément une forte pensée pour son père, cet ex-diplomate de l'ère soviétique qui lui a transmis l'amour du foot et du club moscovite longtemps lié à l'Armée rouge.

 

Evoquer le CSKA avec le dirigeant monégasque de 51 ans, en place en principauté depuis janvier 2013, ravive ses souvenirs d'enfance. Où les parades de son idole, le gardien Rinat Dasaev, ancien portier de l'URSS et un temps considéré comme le meilleur du monde, trouvent forcément une bonne place.

 

En poste à l'ambassade russe en Islande, ce fils de diplomate vit de l'intérieur les derniers soubresauts du régime soviétique avant de céder aux sirènes du secteur privé qui fait les yeux doux aux grands fonctionnaires d'Etat. Le Moscovite, qui possède toujours trois restaurants dans la capitale russe, met alors de la distance avec le foot et se consacre à sa carrière dans le commerce des engrais.

 

Avant que le ballon rond ne se rappelle à lui un peu par hasard. Au cours d'un déjeuner dans la station suisse de Gstaad le 31 décembre 2012, Dmitry Rybolovlev, le richissime homme d'affaires, lui propose de devenir son homme de confiance en principauté. « Je ne savais même pas ce qu'était le mercato », assume Vasilyev.

 

Premier agent à pénétrer dans le bureau de Vasilyev, Hervé Marchal est le témoin privilégié de ses premiers pas dans le milieu du football à l'occasion du transfert de Mounir Obbadi, premier dossier finalisé par le Russe. « Il avait du mal à s'exprimer en français mais il n'a pas voulu qu'on poursuive en anglais. Il voulait progresser. Je le voyais également noter sans arrêt certains mots dans un calepin. Des termes qu'il ne maîtrisait pas ! ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant