Ligue 2: Monaco, attention à la panne de réveil

le
0

par Etienne Ballerini

MONACO (Reuters) - Alerte sur le marché des transferts, Monaco souffre de retards à l'allumage sur le terrain, qui pourraient coûter cher à un club qui se voit mal passer une saison supplémentaire en Ligue 2.

L'ASM, relégué fin 2011, a dépensé 35 millions d'euros sur le marché des transferts à l'intersaison et les nouveaux propriétaires exigent un retour sur investissement. Vite.

Dans le cabas du club, l'Argentin Lucas Ocampos, acheté 11 millions d'euros à River Plate, complète un effectif cosmopolite composé de 16 nationalités différentes.

Pas question de vivre une saison médiocre, qui avait laissé le club en huitième position du classement en juin dernier après une entame désastreuse.

L'arrivée en décembre 2011 de l'homme d'affaires russe Dmitry Rybolovlev, qui a soufflé au Palais le contrôle du club, avait déjà permis de recruter large au mercato hivernal.

Puis, dès le maintien assuré, exit Marco Simone, bienvenue à Claudio Ranieri, nouvel entraîneur d'une formation qui a pour ambition de briller en championnat et en Coupe.

"Monaco me permet de relever le défi d'un projet et de construire avec celui-ci une équipe et la faire grandir comme je l'ai souvent fait dans les précédents clubs que j'ai entraînés", explique Claudio Ranieri, qui a rapidement imposé sa rigueur dans les séances d'entraînement de la Turbie.

Résultat, un début de saison canon, notamment grâce à Ibrahima Touré, auteur de neuf buts en dix matches de L2. Avant l'endormissement : seulement six points lors des cinq derniers matches. Endormissement ou réveil difficile ?

En Coupe de la Ligue contre Valenciennes puis en L2 face au Gazelec Ajaccio, Monaco s'est retrouvé mené 2-0, avant de s'imposer (4-2) et d'arracher le nul (2-2).

TOUJOURS LEADER

Après un match nul 0-0 contre Châteauroux lundi, l'équipe de la Principauté a conservé sa place de leader à la différence de buts devant Angers, son prochain adversaire.

"C'est la mauvaise entame des matches qui nous met en danger. On a un caractère surprenant, on ne réagit qu'après avoir étés mené", note Claudio Ranieri.

"La réponse est dans la motivation car je sais que le physique et le caractère, comme la créativité sont présents. Je ne suis pas inquiet. On reste leader."

Le directeur général exécutif, Tor-Kristian Karlsen, est un brin moins diplomate.

"Quand on vient pour jouer dans un club comme Monaco, certains devraient comprendre que la mentalité de gagnant et de professionnel doit être au rendez-vous constamment", a-t-il dit à Reuters lundi.

"Ça oblige à être concentré de la première à la dernière minute, ce n'est pas possible de continuer à voir des entames comme celles de nos dernières prestations."

Pour respirer plus facilement, Monaco va devoir gérer sa dépendance aux performances de Touré puisque quand le Sénégalais ne marque pas, l'ASM ne gagne pas.

L'intégration d'Ocampos, retardée à la suite d'une blessure, pourrait apporter aux Monégasques un peu de liant et offrir de nouvelles options offensives.

Valère Germain, ancien de la maison, en a vu d'autres et il refuse de s'inquiéter outre mesure.

"On fait un bon début de saison et ça fait du bien au groupe, même si on est conscient qu'il y encore a des choses à corriger et à travailler", dit-il.

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant