Ligue 2 : le match Nîmes-Istres truqué lui aussi ?

le
0
Ligue 2 : le match Nîmes-Istres truqué lui aussi ?
Ligue 2 : le match Nîmes-Istres truqué lui aussi ?

Ce ne sont pas six mais sept rencontres du Nîmes Olympique de la fin de saison dernière qui sont désormais visés par des soupçons de corruption. Selon nos informations, le match Nîmes - Istres (1-0) du 18 avril 2014, comptant pour la 33e journée de Ligue 2, a lui aussi fait l'objet d'une tentative d'arrangement. Depuis le 18 novembre, le foot français est plongé dans une affaire de corruption qui mêle plusieurs clubs et dirigeants ayant été approchés à la demande de responsables et actionnaires du Nîmes Olympique afin de lever le pied lors de certains matchs pour assurer le maintien des Nîmois en L 2 la saison passée. L'affaire est partie d'écoutes téléphoniques relatives à une enquête sur le cercle de jeu parisien Cadet, dont le patron, Serge Kasparian, incarcéré depuis deux mois, était aussi actionnaire du club nîmois.

Le FC Istres Ouest Provence a envoyé à la Ligue de football professionnel (LFP) ainsi qu'au procureur de la République un courrier en date du 15 décembre dernier, dans lequel il relate que son joueur Cyril Jeunechamp a été approché dans les jours précédant la rencontre contre le Nîmes Olympique par un intermédiaire dont le nom est cité dans cette correspondance. Il s'agirait d'Abdelnasser Ouadah, l'ancien footballeur de Nancy et Metz notamment, qui a achevé sa carrière professionnelle à... Istres en 2011. Reconverti comme consultant télé, il doit commenter le 32e de finale de Coupe de France dimanche entre Saint-Etienne et Nancy pour France Télévisions.

Un contrat à Nîmes a été proposé à Jeunechamp

La LFP, qui gère la Ligue 1 et la Ligue 2, a transmis cette missive et le dossier à sa commission de discipline et à son enquêteur, l'ancien patron du 36, quai des Orfèvres, François Jaspart. Dans leur lettre, les dirigeants du club provençal racontent qu'Abdelnasser Ouadah a proposé un futur contrat au sein du Nîmes Olympique à Cyril Jeunechamp, à condition -- on peut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant