Ligue 2, Le Havre : Maillol sort de son chapeau une banque islamique

le
0
Ligue 2, Le Havre : Maillol sort de son chapeau une banque islamique
Ligue 2, Le Havre : Maillol sort de son chapeau une banque islamique

Et si c'était vrai ? L'incroyable projet de reprise du club du Havre, mené depuis l'été dernier par l'entrepreneur Christophe Maillol, est peut-être en train de se concrétiser. Selon nos informations, l'actuel président, Jean-Pierre Louvel, a transmis hier aux instances du football français une garantie bancaire de 8 MEUR émanant de la Banque islamique de Mauritanie. Un établissement où Maillol a ouvert un compte au nom de la société Maillol Sport Investments (MSI), elle-même immatriculée à Abidjan (Côte d'Ivoire).

L'agence du Crédit maritime du Havre doit maintenant activer cette garantie pour réaliser le transfert de fonds entre MSI et le HAC et officialiser le rachat du club. Cette dernière opération va-t-elle se dérouler normalement ? Les 8 millions promis aux actionnaires actuels seront-ils bien au rendez-vous ? Le suspense reste entier.

Dans les couloirs de la Ligue de football professionnel, le circuit financier particulièrement exotique mis sur pied par Christophe Maillol est accueilli avec autant de gêne que de suspicion. Si l'argent existe vraiment, d'où vient-il ?

Pour l'instant, cet ancien rugbyman amateur de 48 ans, candidat malheureux à la reprise de plusieurs clubs de football dans le passé (Grenoble, Nantes et Nîmes), entretient le mystère sur l'origine des fonds. Tout juste sait-on que ses associés, inconnus au bataillon, sont tous basés à une même adresse en Floride (Etats-Unis).

Mardi, une délégation d'une dizaine de personnes conduite par Jean-Pierre Louvel, président du Havre depuis 2000, son possible successeur Christophe Maillol et l'ex-ministre Eric Besson, associé au projet de reprise, a été auditionnée par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG). Ils ont diffusé un message d'optimisme et se sont engagés à fournir des éléments complémentaires d'ici à la fin de semaine. Promesse tenue avec l'envoi hier d'une garantie bancaire. Mais tant que l'argent n'est pas là, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant