Ligue 2 : attention, top départ !

le
0
Ligue 2 : attention, top départ !
Ligue 2 : attention, top départ !

Une semaine avant la Ligue 1, sa petite sœur de l'étage en dessous démarre la nouvelle saison avec une palanquée de prétendants à la montée pour – a priori – seulement deux places. Entre des relégués revanchards, des habitués de la bagarre en haut de tableau et des petits ambitieux qui veulent imiter le parcours du Gazélec la saison dernière, ce championnat de deuxième division ne manque clairement pas d'intérêt et de suspense. PNC aux portes, armement des toboggans, vérification de la porte opposée, L2 parée au décollage...

Ils viennent de descendre et sont déjà motivés à remonter : ETG, Metz, Lens

  • 18e de la L1 2014/15, l'ETG a fini par redescendre en L2 au printemps, un niveau que le club haut-savoyard n'a finalement connu qu'une seule saison. C'était en 2010/2011, à l'époque une simple étape express dans la folle progression de l'ex-Croix de Savoie, passé du CFA en 2008 à la découverte de l'élite à partir de 2011. Évian caresse un doux rêve, c'est évident : revenir parmi les grands du football français dès la fin de cette saison, et tant pis pour les mécréants qui ont toujours eu un peu de mal à encadrer cette équipe à maillot rose qui porte le nom de trois villes, mais joue dans une quatrième. Si l'effectif a un peu maigri, forcément, il reste incontestablement assez d'éléments pour jouer la montée. Avec un nouvel entraîneur, ce bon vieux Safet Sušić ayant remplacé un Pascal Dupraz en fin de règne. Révolution.

  • Côté Metz aussi on a changé d'entraîneur, Albert Cartier ayant cédé sa place au Belge, José Riga, ancien du Standard. Nouveau coach, mais aussi nouveau directeur sportif et un recrutement très audacieux à forte consonance lusophone et hispanophone. C'est excitant comme projet, mais la L2 est un championnat rugueux, besogneux presque, et il va falloir que les petits nouveaux s'y habituent vite

  • À Lens, débuter une nouvelle saison est un soulagement, tant la dernière a été pénible, avec une inéluctable relégation un an seulement après avoir obtenu la promotion. Les ennuis financiers, Mammadov introuvable, Gervais Martel qui trempe sa chemise, les supporters qui boudent, Bollaert en travaux Il était temps de tourner la page et c'est bien ce que le RCL compte faire, avec toujours Kombouaré aux manettes, ce qui est positif, et un effectif calibré L2. Montée ou pas au printemps prochain, l'essentiel sera d'abord de retrouver la joie de vivre.

    Antoine Kombouaré.

    Ils ont manqué la promotion, mais sont loin d'être découragés : Dijon, Nancy, Brest, Sochaux

  • Le favori des…








  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant