Ligue 1: victoire houleuse du PSG, OL et ASSE se neutralisent

le
0
VICTOIRE HOULEUSE DU PSG À EVIAN
VICTOIRE HOULEUSE DU PSG À EVIAN

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain s'est rapproché dimanche du titre de champion de France au prix d'une victoire 1-0 contre Evian acquise dans des conditions houleuses qui ont abouti à une pluie de cartons rouges.

Les milieux de terrain du PSG Marco Verratti et David Beckham ont chacun été exclu en fin de match, quitte à rendre furieux l'entraîneur Carlo Ancelotti, avant une brève altercation générale après le coup de sifflet final.

Ces incidents ont valu à l'attaquant d'Evian Saber Khlifa un carton rouge après le match, en attendant un carton de la même couleur probablement adressé au gardien du PSG, Salvatore Sirigu, partie prenante des échauffourées.

Ces exclusions en série ont quelque peu éclipsé l'excellente opération des Parisiens, qui ont pris leur revanche sur des joueurs d'Evian qui les avaient éliminés la semaine dernière en Coupe de France.

Car les joueurs de Carlo Ancelotti ont conservé une avance de neuf points sur l'Olympique de Marseille grâce à un but de Javier Pastore sur un centre de l'arrière droit Christophe Jallet (50e).

Autrement dit, ils pourront être sacrés dès la semaine prochaine au Parc des Princes. Pour ce faire, ils devront faire mieux que l'OM, qui jouera samedi contre Bastia, à la veille du match PSG-Valenciennes.

En comparaison, le 106e derby du Rhône entre Lyon et Saint-Etienne s'est déroulé de façon très pacifique, même si le match nul 1-1 ne fait les affaires d'aucune des deux équipes, à la lutte pour une place en Ligue des champions.

Dans un stade de Gerland à guichets fermés, Saint-Etienne a ouvert le score sur une belle tête décroisée du défenseur central Kurt Zouma à la demi-heure de jeu.

Lyon a égalisé à la 54e minute par Yoann Gourcuff sur un tir en pivot dans la surface détourné par le même Kurt Zouma après une talonnade de Clément Grenier. Le milieu de terrain de l'équipe de France n'avait plus marqué en championnat depuis la première journée, au mois d'août.

L'ambition européenne de ces deux rivaux historiques, encore en piste pour une qualification en Ligue des champions, avait donné un peu plus de piment que d'habitude à ce derby.

"SE BATTRE JUSQU'AU BOUT"

Grâce à ce point arraché à domicile, l'OL reste sur le podium avec 60 points. Saint-Etienne suit à deux points tandis que Lille et Nice, qui a battu Troyes en fin d'après-midi (3-1), sont à trois points des Lyonnais.

"Quand on regarde la physionomie du match, on peut s'estimer heureux de ce point, même si on a fait une bonne deuxième période", a reconnu le capitaine lyonnais, Maxime Gonalons, tout en regrettant d'avoir laissé filer des points.

"On sait que ce championnat est compliqué. Pour aller chercher la Ligue des Champions, il va falloir se battre jusqu'au bout. Marseille est costaud en ce moment", a-t-il ajouté.

Un peu plus d'une semaine après avoir remporté leur premier trophée depuis 1981 lors de la finale de la Coupe de la Ligue, les Verts ont été à l'origine des premières actions dangereuses.

A la troisième minute, Pierre-Emerick Aubameyang a accéléré sur le flanc droit et a centré en direction de Brandao mais Bakary Koné et le gardien novice Anthony Lopes ont enrayé l'action.

Trois minutes plus tard, les deux mêmes Stéphanois ont lancé un nouveau raid, sur la gauche cette fois et c'est Brandao qui a centré pour Aubameyang mais Anthony Lopes a repoussé la déviation de l'international gabonais.

Et, quelques actions plus tard, à la 29e minute, ce sont les Verts qui ont ouvert le score par Kurt Zouma sur un corner tiré de la droite par Yohan Mollo.

Dans la foulée, l'arbitre Laurent Duhamel a interrompu le match à cause de lancers de fumigènes derrière le but de Ruffier. Les joueurs sont restés sur le terrain. L'interruption n'a duré que deux minutes.

Saint-Etienne a par la suite gâché quelques grosses occasions et a fini par le payer avec l'égalisation de Yoann Gourcuff. En toute fin de match, les Lyonnais auraient même pu arracher la victoire mais Stéphane Ruffier repoussait une tête de Bakary Koné.

A Nice, face à la lanterne rouge, les Aiglons ont d'abord plié en première période sur un but de Mohamed Yattara (20e). Mais Renato Civelli (34e), Dario Cvitanich (45e) et Luigi Bruins (77e) ont remis de l'ordre et relancé le club azuréen, qui restait sur une lourde défaite à Paris (3-0).

Jean-Paul Couret pour le service français avec André Assier à Lyon, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant