Ligue 1: Valenciennes va devoir serrer les rangs

le
0
VALENCIENNES S'ATTEND À NOUVEAU À BATAILLER POUR LE MAINTIEN EN LIGUE 1
VALENCIENNES S'ATTEND À NOUVEAU À BATAILLER POUR LE MAINTIEN EN LIGUE 1

par Pierre Savary

VALENCIENNES, Nord (Reuters) - Valenciennes a tremblé jusqu'à la fin de la dernière saison et s'attend à batailler encore 38 journées pour assurer son maintien en Ligue 1, avec un effectif limité qu'il aura des difficultés à renforcer.

Le club nordiste, qui va disputer sa septième saison consécutive en Ligue 1, doit faire face à des départs de joueurs en fin de contrat sans avoir les finances pour les compenser.

Le milieu de terrain Renaud Cohade, meilleur passeur de l'équipe la saison passée, est allé poursuivre sa route à Saint-Etienne. Le Colombien Carlos Sanchez, lui aussi en fin de contrat, a également abandonné un milieu de terrain peu armé pour affronter une saison de Ligue 1.

Le club valenciennois, dont le budget est un peu inférieur à 40 millions d'euros, va tenter de les remplacer mais la Direction nationale du contrôle de gestion veille.

Les Nordistes doivent vendre avant de pouvoir acheter et la masse salariale a été encadrée.

Plusieurs joueurs ont un bon de sortie, notamment Foued Kadir et Gaëtan Bong. D'autres sont convoités, comme Nicolas Isimat-Mirin, suivi par le voisin lillois.

L'effectif valenciennois, déjà appauvri, pourrait fondre encore avant que des renforts viennent jouer l'opération maintien et rejoindre l'ancien Stéphanois Loris Néry qui a signé pour quatre ans.

Le jeune latéral retrouvera le Brésilien Carlos Gil qui, après avoir exprimé des envies de retour au pays, sera finalement au centre de la défense nordiste.

CONTRAINTES ET VOLONTÉ

L'entraîneur Daniel Sanchez est condamné à composer avec peu et à se résoudre à ne rien viser d'autre que le maintien.

Après quelques saisons plutôt tranquilles, le VAFC a terminé l'année dernière à une douzième place en trompe-l'oeil.

Très longtemps, il a été concerné par la bataille pour ne pas descendre, la faute à une faiblesse hors de ses bases, où Valenciennes était la plus mauvaise équipe de Ligue 1 avec une victoire, quatre nuls et 14 défaites à l'extérieur.

L'une des premières missions de Daniel Sanchez sera donc d'améliorer ce bilan famélique en déplacement.

"La saison dernière, nous n'avons pas pris assez de points à l'extérieur. Réussir à être plus performant dehors et être solide à domicile, cela nous ferait du bien et nous éviterait de revivre la fin de saison dernière très éprouvante", dit-il.

Conscient que le VAFC est passé près d'un retour en Ligue 2, le président Jean-Raymond Legrand ne se fait pas beaucoup d'illusions pour celle à venir, qu'il attend très difficile.

"C'est vrai, on s'est maintenu lors du dernier match l'an dernier", observe-t-il.

"J'aimerais que l'on se sauve plus tôt cette année mais on travaille pour faire le mieux possible, avec des contraintes mais avec beaucoup de volonté. Nous avons encore du temps", veut rassurer le président valenciennois.

Les supporters du VAFC espèrent que la deuxième saison dans le stade du Hainaut, enceinte inaugurée en grandes pompes l'été dernier, ne sera pas celle de la redescente en Ligue 2.

Dans un contexte morne, ils veulent croire que le retour de Grégory Pujol, l'avant-centre longtemps blessé la saison passée, est un premier signe positif.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant