Ligue 1: Valenciennes porté par ses élans offensifs

le
0
SURPRENANTE 5E PLACE DE VALENCIENNES
SURPRENANTE 5E PLACE DE VALENCIENNES

par Pierre Savary

VALENCIENNES, Nord (Reuters) - Valenciennes a décidé cette saison de ne plus subir les événements et cette volonté de jouer est accompagnée d'une telle réussite que les Nordistes occupent une surprenante cinquième place en Ligue 1.

Les Valenciennois se sont mués en coupeur de têtes depuis le début du championnat. Après Marseille, alors leader, qui a vu sa série de victoires s'arrêter sur un lourd revers dans le Nord (4-1), Lorient y a perdu son invincibilité en même temps qu'il a été mis en déroute (6-1).

L'équipe de Daniel Sanchez a inscrit douze buts sur les trois derniers matches, possède la meilleure attaque de Ligue 1 avec 19 buts en neuf journées grâce aux performances de joueurs comme Foued Kadir, Gaël Danic ou Anthony Le Tallec, arrivé tardivement d'Auxerre.

"On prend du plaisir offensif, on met des buts, on est costaud, on est bien", résumé Gaël Danic, particulièrement en vue depuis quelques semaines et auteur de deux buts et quatre passes décisives.

"Le plaisir, il est là. Le schéma à deux attaquants nous permet de mettre plus de pression sur nos adversaires. Avant, à l'extérieur on subissait et on jouait en contre. Maintenant, on va les chercher les gêner et pour l'instant c'est avec réussite."

Ces dernières saisons, Valenciennes pratiquait souvent un football agréable mais cela ne suffisait pas pour le porter vers le haut du tableau.

Malgré l'absence de Grégory Pujol depuis la quatrième journée, VA est resté tourné vers le but adverse. Le percutant Mathieu Dossevi accompagne ainsi Anthony Le Tallec, point de fixation dans l'axe.

Derrière eux, Gaël Danic et Foued Kadir provoquent et déstabilisent les défenses adverses qui connaissent pourtant cette équipe dont l'effectif n'a quasiment pas changé.

JOUER "AU-DESSUS"

"Le maître mot c'est la confiance", explique le gaucher Gaël Danic, en comparant avec les années précédentes.

"On a le même groupe donc d'années en années. Il est de plus en plus facile de se trouver les uns les autres", reprend-il.

"On est exactement les mêmes mais on est complètement différents sur le plan de la confiance. On a de la réussite, c'est vrai, mais on surfe sur la confiance surtout".

Cette nouvelle donne surprend d'autant plus que Valenciennes avait raté son intersaison en perdant son meilleur passeur, Renaud Cohade, parti à Saint-Etienne, et en signant une série de matches amicaux désastreux.

Le club, surveillé par la Direction nationale du contrôle de gestion, devait vendre avant de recruter. Finalement, la quasi-totalité de l'effectif est restée et peu de joueurs l'ont rejoint.

"Un jour, on s'est dit que si on faisait la saison comme nos matches amicaux, on était mort. On a alors commencé à enchaîner les bons résultats", insiste Danic.

"Depuis que je suis à Valenciennes, les matches qui permettaient de faire la bascule vers le haut du classement, on les perdait, maintenant, avec un état d'esprit différent, on les aborde mieux", note-t-il avant d'aller vendredi à Lille, club habitué à lui faire de l'ombre mais qu'il toise pour l'instant.

Douzième l'année dernière en ayant assuré son maintien dans les derniers instants, le VAFC se refuse à relever son objectif - le maintien. Mais espère l'obtenir vite pour continuer à jouer et se faire plaisir.

"Pas question de rejouer le maintien sur la dernière journée !", prévient Gaël Danic.

"Et quand il sera en boîte, pourquoi pas jouer un peu au-dessus avec d'autres objectifs. Mais il ne faut pas s'enflammer, c'est fragile."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant