Ligue 1: "Union sacrée" à l'OM pour chasser la crise

le
0
L'OM AU PIED DU MUR
L'OM AU PIED DU MUR

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Après cinq défaites de rang, l'union sacrée est décrétée à Marseille, tant dans les vestiaires où les anciens donnent de la voix qu'en façade où la direction de l'OM affiche un soutien sans faille à son entraîneur, Elie Baup.

L'objectif est d'éviter la crise qui menace le plus titré des clubs français. Trois défaites consécutives en Ligue 1 ont fait chuter l'OM à la sixième place du classement avec 17 points, à huit longueurs du leader, le Paris Saint-Germain.

A ce bilan national, s'ajoutent deux défaites en Ligue des champions, face à Dortmund (3-0) et devant Naples (2-1).

"Dans un grand club comme Marseille, tu ne peux pas te permettre de perdre cinq matches d'affilée, même si j'ai connu pire. Cette crise reste moins grave que sous l'ère Deschamps. Toutes les équipes connaissent de mauvaises passes", a relativisé jeudi devant la presse le défenseur Souleymane Diawara, l'un des joueurs parmi les plus anciens du club.

"Pour l'instant, il est hors de question de parler de titre. L'objectif est de sortir de cette spirale négative en gagnant à Rennes", ajoute l'homme aux interventions tranchantes sur le terrain et aux paroles fermes dans les vestiaires.

Souleymane Diawara juge ainsi "inacceptable" les 11 buts encaissés par l'OM lors de ses cinq derniers matches et n'accepte pas davantage le manque de caractère affiché ces derniers temps par le groupe phocéen.

"Cela a manqué de caractère, de hargne et d'envie de gagner. Contre Naples, on a la chance de jouer la Ligue des champions et on se permet de s'amuser au football en disputant, en première période, un match amical."

MANQUE D'EXPÉRIENCE

Pour réagir samedi à Rennes, l'OM devra retrouver la solidarité de l'an dernier pour pallier le manque d'expérience de son équipe.

"On n'a pas beaucoup de jeunes qui ont joué en L1 mais c'est la politique du club. C'est très rare de commencer avec beaucoup de jeunes et de finir champion. Il faut pour cela pas mal d'expérience et on n'en a pas assez", estime encore le défenseur marseillais.

"C'est à nous de leur mettre la pression au quotidien, dans le bon sens du terme, pour les aider à avancer. A Marseille, il faut vite relever la tête, on leur dit tous les jours."

Les blessures en défense de Rod Fanni et de Lucas Mendès, comme la suspension d'André Ayew pourraient paradoxalement offrir aux jeunes éléments du club l'occasion de se mettre en valeur lors du déplacement de l'OM en Bretagne.

Cela devrait être le cas pour Kassim Abdallah, Florian Thauvin et Giannelli Imbula.

"Abdallah a été choisi pour être la relève de Fanni, Thauvin est un joueur d'avenir qui doit être efficace immédiatement pour aider le groupe et Imbula a eu besoin de se régénérer après avoir accusé la charge des matches", dit Elie Baup, qui doit aussi panser les plaies morales d'attaquants en manque de réalisme devant le but adverse.

"La concurrence et la remise en cause font partie de leur métier. Mon rôle est de trouver la solution la plus efficace pour l'équipe", souligne-t-il. "Cela peut renforcer la détermination et la réussite, cela n'entame pas la confiance."

FAIRE TAIRE LA RUMEUR

L'autre terrain sur lequel doit se battre le technicien est celui des rumeurs qui, chaque jour, le donnent sur le départ malgré le soutien affiché de sa hiérarchie.

"C'est une nouvelle forme de déstabilisation injuste et déloyale. Elie Baup est et restera l'entraîneur de l'OM. Nous l'avons dit avec le président après le match perdu contre Reims. Je le répète. Ce n'est pas un discours de circonstance", redit le directeur sportif de l'OM, José Anigo, sur le site internet du club.

Le dirigeant a tué la dernière rumeur en date, celle voulant que des contacts auraient été pris avec Frédéric Antonetti dans l'optique d'un possible remplacement d'Elie Baup à la tête de l'équipe.

"Pour faire taire toutes les supputations, il faut faire un résultat à Rennes", conclut le principal intéressé. "Ce match, il faut le prendre à bras-le-corps et tout donner pour obtenir les trois points".

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant