Ligue 1: une 37e journée et deux mini-championnats

le
0
LES ENJEUX DE LA 37E JOURNÉE DE LIGUE 1
LES ENJEUX DE LA 37E JOURNÉE DE LIGUE 1

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - La Ligue 1 ayant déjà trouvé son champion et son dauphin avec le PSG et l'OM, la 37e et avant-dernière journée se résumera ce samedi à deux mini-championnats: l'un pour la troisième place et l'autre pour le maintien.

Depuis dimanche dernier, le championnat a perdu un peu en suspense. Le Paris Saint-Germain a décroché le troisième titre de son histoire et l'Olympique de Marseille s'est assuré d'être directement qualifié pour la Ligue des champions la saison prochaine.

Derrière, quatre équipes continuent à rêver d'accrocher la troisième place, synonyme de tour préliminaire de la prochaine C1.

Pour l'instant, ce strapontin est occupé par Lyon, qui possède trois points d'avance sur Lille, quatrième et Nice, cinquième. Saint-Etienne pointe de son côté à quatre longueurs.

De ces quatre prétendants à l'Europe des grands, Lyon est certainement celui qui a le plus besoin de la manne financière de la Ligue des champions, en témoigne la baisse de chiffre d'affaires de 12,7% sur les trois premiers trimestres.

Battus dimanche dernier par le PSG (1-0), les hommes de Rémi Garde se déplacent ce week-end à Nice, pour une confrontation directe des plus alléchantes.

"Quand on analyse le classement, ce match à Nice est décisif. Nous pouvons creuser l'écart avec eux", a reconnu jeudi le milieu de terrain de l'OL Gueïda Fofana.

"À NOUS D'OBTENIR LES SUCCÈS QU'IL FAUT"

"Mais tout ne sera pas joué sur cette rencontre. Nous avons notre destin entre nos mains et c'est un atout important", a-t-il ajouté.

En cas de victoire à domicile, les Niçois reviendraient à hauteur de l'OL mais leur différence de buts défavorable les maintiendraient certainement derrière les Lyonnais.

Les hommes de Claude Puel restent toutefois sur un cinglant revers concédé à Evian dimanche (4-0).

A Lille, la confiance est revenue le week-end dernier grâce à une large victoire sur Reims (3-0) et les défaites conjuguées de ses adversaires directs pour la troisième place.

Pour l'attaquant Ronny Rodelin, le Losc croit à sa bonne étoile et espère coiffer Lyon sur le poteau en se déplaçant à Montpellier: "D'un point de vue collectif, tant que tout est mathématiquement possible, on y croit toujours", a-t-il dit.

"Il reste pour cela deux rencontres à aborder de la meilleure des manières. À nous d'obtenir les succès qu'il faut, en espérant aussi un faux-pas des autres concurrents, pour être en mesure d'atteindre cet objectif."

Saint-Etienne, où l'on se prépare à accueillir un OM qui n'a plus rien à jouer, est à la peine depuis le titre décroché en Coupe de la Ligue le 20 avril.

Après leur finale au Stade de France, les Verts ont en effet enchaîné une victoire, deux nuls et une défaite et semblent piocher physiquement.

Pour l'entraîneur Christophe Galtier, l'essentiel est toutefois déjà acquis, à savoir faire mieux que leur septième place de la saison dernière et avoir remporté un trophée.

"IL FAUT Y CROIRE!"

"Cette saison est belle. On arrive au bout de l'aventure humaine mais il faut qu'elle finisse avec beaucoup de sourires et de joies", a expliqué le technicien forézien.

"Nous voulions faire mieux que la saison dernière, c'est fait puisqu'on finira au pire sixième. Maintenant, il y a une quatrième voire une troisième place qui nous tend les bras. Nous sommes toujours en course. Il faut y croire !"

Le deuxième mini-championnat qui se poursuivra ce week-end concernera la lutte pour le maintien où il reste encore deux places à distribuer pour la Ligue 2 pour six équipes, Brest ayant été relégué dimanche dernier.

Pour l'heure, ces deux places sont occupées par Troyes, 19e avec 34 points et Nancy, 18e avec une unité de plus. Evian, le premier non relégable, en totalise 37.

L'ESTAC, éliminé cette semaine en demi-finale de la Coupe de France, retrouve son bourreau, Bordeaux, et les Lorrains accueillent Bastia.

A nouveau relégable depuis le week-end dernier, Nancy a organisé cette semaine une mise au vert exceptionnelle, à Vittel, afin de resserrer les liens entre les joueurs et le staff et se concentrer sur leur objectif de maintien.

"Quitter la 17e place, cela fait mal à la tête. On va jouer les deux derniers matches avec l'énergie non pas du désespoir mais de l'espoir", a promis l'entraîneur Patrick Gabriel.

Le club le plus menacé par Nancy et Troyes, Evian-Thonon-Gaillard accueillera, lui, Valenciennes.

Les autres semblent un peu plus à l'abri. Reims et Ajaccio, 16e et 15e avec quatre points d'avance sur la zone rouge, jouent respectivement contre Lorient et Rennes. Sochaux, 14e avec cinq longueurs d'avance sur Nancy, reçoit de son côté Toulouse.

Avec André Assier à Saint-Etienne et Dimitri Rahmelow à Nancy, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant