Ligue 1: un Lille-PSG à l'avant-goût d'épilogue

le
0
Ligue 1: un Lille-PSG à l'avant-goût d'épilogue
Ligue 1: un Lille-PSG à l'avant-goût d'épilogue

par Pierre Savary

LILLE (Reuters) - Lille et le PSG ont beaucoup à perdre en s'affrontant dimanche au Stadium Nord et finalement peu à gagner, tant le leader montpelliérain qu'ils pourchassent depuis des semaines évite une à une les embûches semées sur le chemin qui le sépare d'un premier titre de champion de France.

Avec encore quatre rencontres à disputer avant la fin du championnat et une victoire précieuse acquise vendredi à Toulouse (1-0) en match avancé de la 34e journée, les Héraultais comptent provisoirement cinq points d'avance sur leurs dauphins parisiens et dix sur les Lillois, troisièmes.

Le résultat de ce choc dominical à Villeneuve d'Ascq pèsera donc sur la fin de la saison de Ligue 1, comme si Montpellier avait décidé en s'imposant dans la Ville rose d'envoyer comme message au PSG et à Lille: "Malheur au vaincu".

Les Nordistes, conscients de l'enjeu, ne cachent pas leurs ambitions et demeurent persuadés qu'avec une victoire face au PSG, la fin de championnat changera complètement de visage.

"Oui, en cas de victoire, cela deviendra possible de rattraper et de dépasser ensuite Paris, mais après cette rencontre, il y aura encore 12 points à distribuer. Celui qui gagnera prendra peut-être une option psychologique pour la suite", a souligné cette semaine l'entraîneur lillois, Rudi Garcia.

"On a toujours l'ambition de finir sur le podium. En cas de victoire, je pense qu'on ferait un pas supplémentaire vers cet objectif et peut-être même mieux", a-t-il ajouté.

Lille aborde ce choc avec une sérénité à toute épreuve en s'en remettant notamment à un passé très proche, à proprement parler le printemps 2011, lorsque le Losc avait assuré son titre de champion en venant accrocher un match nul au Parc des Princes (2-2) lors de l'avant-dernière journée.

"L'expérience acquise l'an passé avec les deux titres nous sert pour ce genre de rendez-vous", a ainsi remarqué Rudi Garcia.

AVEC OU SANS HAZARD ?

La seule incertitude pour les Lillois, et non des moindres, concerne la présence de l'international belge Eden Hazard.

Victime d'une semelle d'un Dijonnais le week-end dernier, le meneur de jeu du Losc a soigné dans la semaine une entaille au mollet et a repris un entraînement allégé en fin de semaine.

Pour Rudi Garcia, il y a "sept chances sur dix" que son talisman soit de la partie.

L'entraîneur lillois sera privé pour ce match-clé d'Idrissa Gueye et de Franck Béria, tous deux suspendus. Le milieu de terrain lillois pourra compter toutefois sur le retour précieux de Florent Balmont, débarrassé de ses ennuis musculaires.

Du côté parisien, l'entraîneur Carlo Ancelotti s'est montré pragmatique, samedi, au lendemain de la victoire de Montpellier.

"Cela ne change rien pour nous car nous devons de toute manière aller à Lille pour gagner. Et cela aurait été la même chose si Montpellier n'avait pas gagné. Ce match est important pour être sûr d'être deuxième du championnat et continuer à espérer de gagner le titre", a-t-il souligné.

"Il nous reste désormais cinq matches. Nous devons faire de notre mieux et surtout regarder devant (...) Je suis focalisé sur ça", a ajouté le technicien italien.

Plus tôt dans la semaine, le meneur de jeu argentin du PSG Javier Pastore a loué les qualités de ses futurs adversaires, tout en soulignant qu'il s'agissait là d'un match-clé.

"Je pense que Lille est l'une des équipes qui joue le mieux dans ce championnat. Depuis le début de la saison, ils ont réalisé beaucoup de beaux matches. Cette équipe mérite de se qualifier pour la Ligue des champions", a expliqué l'ancien joueur de Palerme.

"Il y a de très bons joueurs dans cette formation. C'est un match très important, comme les cinq derniers le sont. Il faut gagner. C'est peut-être le match plus important de la saison car si Montpellier gagne et que nous perdons, ce sera compliqué."

Pour cette rencontre, Carlo Ancelotti enregistre le retour de suspension de Mohamed Sissoko, qui sera titulaire dans l'entrejeu. Le latéral gauche brésilien Maxwell fait également son retour tandis que Clément Chantôme a été jugé trop juste par l'encadrement parisien.

Avec Olivier Guillemain à Paris, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant