Ligue 1: un lendemain de fête difficile à Lyon

le
0
UN LENDEMAIN DE FÊTE DIFFICILE À LYON
UN LENDEMAIN DE FÊTE DIFFICILE À LYON

par André Assier

LYON (Reuters) - Au terme d'un match somptueux face au Paris Saint-Germain (4-4) mais peu fructueux pour son classement, l'Olympique lyonnais chancelle un peu plus, embourbé dans une série de contre-performances qui vaudront peut-être cher en fin de saison.

Au lendemain de ce match de gala, un paradoxe s'impose à l'OL: d'un côté, un scénario et des buts de feu dans un match qui rappelle le 5-5 du 8 novembre 2009 face à Marseille; d'un autre, le constat implacable que Lyon a encore perdu du terrain sur les équipes en tête de la Ligue 1.

Symbole du sentiment de crispation qui entoure depuis plusieurs semaines le club rhodanien, son président Jean-Michel Aulas, a pour la première fois de l'année pris la parole quelques secondes à l'issue du match, pour clamer son mécontentement.

"Je viens exprimer mon indignation sur la manière dont ce match a été arbitré. Toutes les actions litigieuses ont été dans le même sens. Il y a eu dix ou douze occasions sur lesquelles il y a des erreurs. Je ne sais pas pourquoi, mais s'il y a des intérêts relatifs à cela, c'est dommage. Je suis déçu de ce qui s'est passé", a-t-il déclaré.

Autre fait exceptionnel, l'entraîneur lyonnais Rémi Garde s'en est pris directement à l'arbitre de la rencontre Freddy Fautrel, dans le couloir menant aux vestiaires.

"Soyez honnête au moins. Calculez le nombre de changements. Il y en a combien ? Cela fait deux minutes trente, pas quatre", l'a-t-il interpellé, lui reprochant clairement d'avoir accordé trop d'arrêts de jeu en seconde période, moment choisi par les Parisiens pour égaliser à 4-4.

"Il y a évidemment de la frustration quand on prend un but à la 94e minute. La déception est dans le résultat final et le dernier but encaissé dans des conditions un peu difficiles à admettre", a déclaré Rémi Garde à l'issue de ce match complètement fou.

"NE PAS NOUS ENTERRER TROP VITE"

Un scénario idéal pour les amateurs de football mais empreint de désillusions pour le groupe lyonnais, qui a longtemps cru à la victoire après avoir mené 4-2. "Je confirme qu'en fin de match, il n'y avait pas d'ambiance dans le vestiaire", a d'ailleurs fait savoir l'entraîneur rhodanien.

Au-delà de la déception du moment, Lyon devra, sur la durée, se remettre de ce nouveau surplace qui étire une statistique de deuxième partie de tableau éloquente: depuis le 21 décembre et la 19e journée, Lyon n'a que récolté cinq points sur 21 possibles. Seuls Auxerre, Lorient et Sochaux ont fait moins bien sur cette même période.

Ce n'est pas exactement un rythme de candidat au podium et encore moins au titre, de l'aveu de Rémi Garde. "Oui, quand on ne gagne pas, le podium s'éloigne. Les choses se compliquent."

Lyon coince et peut même poursuivre sa descente au classement si Marseille, qui se déplace à Brest, et Rennes qui reçoit Lille, marquent des points dans les dernières rencontres de cette 25e journée.

Potentiellement, l'OL peut se retrouver septième au classement avec six points à rattraper sur l'actuel troisième, Lille.

Malgré cette situation sportive compliquée, le latéral gauche lyonnais Aly Cissokho refuse de voir tout en noir.

"Nous sommes très déçus même si tout reste jouable. Ce résultat ne nous arrange pas, après 90 minutes, de prendre un but à la dernière seconde. Mais ce n'est pas fini pour le podium. Il faut rester concentrés", estime-t-il.

Car au-delà du résultat sec, Lyon a au moins affiché un mieux dans l'état d'esprit et la volonté, deux notions absentes des dernières sorties face à Caen et Bordeaux.

Passée sa frustration, Rémi Garde préfère d'ailleurs se projeter dans le futur et fait le voeu pieux que Lyon finira très fort son championnat.

"Quand on démontre un tel état d'esprit et si nous sommes capables de rééditer cela, il ne faut pas nous enterrer trop vite."

Il reste désormais 13 matches de Ligue 1 pour atteindre cet objectif, un huitième de finale retour de Ligue des champions, une finale de Coupe de la Ligue et un prochain quart de finale de la Coupe de France face à son bourreau de samedi soir, le PSG.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant