Ligue 1: un choc Marseille-Lyon au parfum d'Europe

le
0
LES RENCONTRES MARSEILLE-LYON
LES RENCONTRES MARSEILLE-LYON

par Jean-François Rosnoblet

PARIS (Reuters) - Le choc de la 22e journée de Ligue 1, dimanche, entre Marseille et Lyon, s'annonce aussi glacial que palpitant, avec en toile de fond, la course à l'Europe.

Après un début de saison catastrophique, l'OM a su relever la tête et pointe désormais à la cinquième place du classement, à un point des Gones et à neuf longueurs du leader, le Paris Saint-Germain.

Un succès face aux Rhodaniens, conjugué à une contre-performance de Lille à Sochaux, pourrait permettre aux Marseillais de grimper sur le podium, ce qui ne leur est pas arrivé depuis bien longtemps.

"Cela fait plaisir de voir où nous étions au mois d'octobre et où nous sommes aujourd'hui", reconnaît l'entraîneur de l'OM, Didier Deschamps.

"Mais, dans le football, tout va très vite et tout peut-être remis en cause. Il faut garder notre dynamique de groupe et une continuité dans les résultats. On a des objectifs à atteindre, le premier nous attend dimanche", souligne-t-il.

Le champion du monde 1998 pronostique un match physique entre deux équipes qui restent les seules encore engagées sur quatre tableaux: Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Ligue des champions.

"On a beaucoup de similitudes et un seul point de différence au classement", résume Deschamps, tout en précisant que Lyon a "sans doute un peu plus de monde" sur son banc.

Le technicien fait allusion à un effectif phocéen qui a fondu avec le départ de Lucho Gonzalez à Porto, celui des frères Ayew à la Coupe d'Afrique des nations (CAN), la blessure récurrente d'André-Pierre Gignac et la suspension de Mathieu Valbuena.

"On n'est pas dans les meilleures dispositions en accumulant les absences mais on avait déjà gagné dans ces conditions à Rennes avant de se qualifier en finale de la Coupe de la Ligue", rappelle l'entraîneur de l'OM.

Seul point positif, le club marseillais enregistre le retour de la CAN de Souleymane Diawara, qui devrait, sauf surprise, retrouver sa place en défense centrale.

De son côté, Lyon veut mettre un terme à la fâcheuse tendance qui a vu l'OL s'incliner chez tous ses adversaires directs au podium cette année, à Paris, à Lille et à Montpellier.

"Le décor est planté. Ce sera du niveau de la Ligue des champions. On a les arguments pour répondre. Je ne suis pas dans l'état d'esprit de faire un complexe parce que l'on a perdu face au PSG, au LOSC ou encore à Montpellier. Essayons de faire autre chose", explique Rémi Garde, l'entraîneur des Gones.

Sous la menace de l'OM, Lyon n'a plus tellement de jokers dans la course aux places pour la Ligue des Champions, alors que son bilan à l'extérieur est négatif avec six défaites, quatre victoires et un match nul en onze rencontres.

"Malheureusement, c'est une constante cette saison. Nous ne sommes pas très à l'aise lors de nos déplacements. C'est un problème collectif, comme on l'a constaté encore à Lorient", regrette Rémi Garde.

Lyon peut néanmoins compter sur sa jeune garde qui monte en puissance à l'image d'Alexandre Lacazette, de Clément Grenier et de Samuel Umtiti.

"Marseille reste sur une belle série. Ce n'est pas rassurant, mais on va d'abord essayer de s'occuper de nous. Oui, il y aura une dimension physique dans ce match", prévient l'entraîneur lyonnais.

Pour cette rencontre, Lyon sera privé de Dejan Lovren en délicatesse depuis quelques semaines avec ses tendons d'Achille.

John Mensah (Ghana) et Sidi Koné (Mali) sont encore concernés par la CAN tandis que Bakary Koné, rentré dès lundi après l'élimination du Burkina Faso, devrait retrouver une place de titulaire en défense centrale.

La dernière incertitude de la rencontre concerne l'état de la pelouse du stade Vélodrome, bâchée depuis vendredi pour la protéger du froid extrême attendu ce week-end en Provence.

Avec André Assier à Lyon, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant