Ligue 1. Un championnat dans tous ses états à la trêve

le
0
Ligue 1. Un championnat dans tous ses états à la trêve
Ligue 1. Un championnat dans tous ses états à la trêve

Le Championnat de France reprendra le 9 janvier avec un alléchant Montpellier - Marseille et un podium quasi introuvable au début de saison : l'OM en tête, suivi de Lyon et du PSG. L'échec parisien, avec un club qui accuse six points de retard par rapport à la saison dernière à la même époque, s'impose comme la plus grosse surprise de cette moitié d'exercice. En parallèle, la patte Bielsa et la jeunesse lyonnaise triomphante éclaboussent un Paris bien terne dans le jeu.

Mais ces cinq premiers mois ne se résument pas qu'à la lutte pour le titre, plus incertaine et ouverte que prévu. Saint-Etienne et Lens ont mis en avant des valeurs sympathiques, mais la Ligue 1 n'a pas échappé à certaines affaires qui ont écorné son image. Bilan d'août à décembre avec les images les plus fortes.

Falcao file à l'anglaise

Symbole d'un projet monégasque qui change de nature, le départ de Falcao s'est finalisé dans les dernières heures du mercato estival avec une arrivée à Manchester United quand l'attaquant rêvait du Real Madrid. Le Colombien, un joueur de classe mondiale, ne sera resté qu'un an en France.

Son extraction ponctue une longue liste de talents ayant fui la Ligue 1, ce qui réduit sa valeur. James Rodriguez, Rivière, Abidal, tous à Monaco, sont également partis mais aussi Valbuena (OM), Kalou (Lille), Alex et Ménez (PSG), Gomis (Lyon), Djordjevic (Nantes), Aliadière (Lorient), Yatabaré (Guingamp). Seul joueur d'envergure à accomplir le chemin inverse : David Luiz, de Chelsea à Paris.

L'OM à l'ère glaciaire

Voilà un personnage qui a révolutionné l'OM et peut-être la Ligue 1. En six mois, Marcelo Bielsa s'est imposé comme l'un des acteurs majeurs du Championnat de France, adulé sur la Canebière, respecté partout en France pour son adaptation spectaculaire au sein d'un club à part.

L'Argentin ne fait rien comme les autres : il pulvérise son président en conférence de presse, ne regarde pas les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant