Ligue 1 : un championnat, 40 nationalités

le
0
Ligue 1 : un championnat, 40 nationalités
Ligue 1 : un championnat, 40 nationalités

Au coup d'envoi de la dernière journée de championnat, la frontière était parfaitement tracée. Parmi les 220 joueurs alignés, la moitié (109 exactement) était composée d'étrangers (70) et de binationaux (39). Et cette moitié-là recensait 39 nationalités différentes. Si on élargit le constat aux effectifs des clubs, la part d'étrangers est pourtant un peu plus faible (42,8 %) et en baisse quasi constante depuis cinq ans (46,5 % en 2009).

Mais, dans la réalité, les joueurs étrangers, souvent recrutés à titre onéreux, sont plus souvent titularisés que des jeunes formés dans leur club. Sans surprise, les deux pays les plus présents en Ligue 1 sont africains (Sénégal et Côte d'Ivoire), notamment à travers les joueurs binationaux issus de l'immigration. Mais la Ligue 1 est désormais devenue un aimant pour les footballeurs brésiliens, surtout avec le PSG, et, plus surprenant, danois.

Seulement cinq Français au début de PSG - Monaco

En nombre d'étrangers, la L 1 est aussi à deux vitesses. Lors de la dernière journée, Lorient n'a débuté avec aucun étranger. Lens, Caen et Nice avec un seul. Le contraste est flagrant avec le PSG et Monaco, qui s'affrontaient au Parc des Princes (1-1). Au coup d'envoi, dix-sept joueurs sur vingt-deux n'étaient pas rançais ! A terme, certains pensent que cette proportion trop importante d'étrangers dans les grands clubs peut nuire à l'équipe de France.

L'Angleterre en a déjà pris conscience. Une commission composée notamment du sélectionneur Roy Hodgson estime que trop peu de joueurs sélectionnables en équipe d'Angleterre évoluent en Premier League. Et elle propose de durcir les conditions d'obtention d'un permis de travail pour les footballeurs extracommunautaires. En Russie, une loi limitant à six le nombre d'étrangers par club devrait voir le jour l'an prochain.

En France, le problème ne semble pas aussi aigu. « La libre circulation des citoyens est un pilier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant