Ligue 1: ultime galop avant le grand saut

le
0
CLASSEMENT DE LA LIGUE 1
CLASSEMENT DE LA LIGUE 1

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Montpellier et le Paris Saint-Germain s'étalonnent une dernière fois en Ligue 1 ce week-end avant de découvrir, pour l'un et de retrouver avec ambitions, pour l'autre, la Ligue des champions.

Le champion 2011 et son dauphin ont enfin décroché leur première victoire il y a deux semaines, lors de la quatrième journée, respectivement à Sochaux (3-1) et Lille (2-1).

Ce week-end, ils devront confirmer que le début de saison au petit trot est derrière eux, tout en évitant de perdre trop d'énergie avant leur grande soirée européenne de mardi.

Les Parisiens se livreront à cet exercice d'équilibriste vendredi à domicile contre Toulouse (20h45), cinquième au classement, tandis qu'au même moment les Héraultais se déplaceront sur la pelouse de Reims, quatorzième.

Absent de la Ligue des champions depuis 2004, le PSG accueillera la semaine prochaine le Dynamo Kiev pour son grand retour dans le gotha européen.

Mais avant de penser au strass et aux paillettes, les hommes de Carlo Ancelotti doivent se concentrer sur leur objectif numéro un : le titre. C'est en tout cas l'avis de Jérémy Ménez.

"Avec notre départ en championnat, on n'a plus trop le droit à l'erreur. La L1, on veut la gagner et on veut aller loin en C1", a expliqué cette semaine l'ailier parisien.

"La pression ne nous pèse pas du tout car on sait que l'on va jouer avec toute l'année. On a grillé des points, c'est embêtant pour nous, mais on a largement les moyens de revenir (...) Là, on va commencer à mettre des buts et ça fera du bien à tout le monde", a-t-il promis.

"TROP TÔT POUR FAIRE DES CONCLUSIONS"

Chez le champion en titre, on s'est attelé toute la semaine à ne pas trop penser à la réception d'Arsenal mardi à la Mosson.

Cette soirée devrait être chargée en émotions car elle marquera le baptême du club héraultais en Ligue des champions en même temps que le retour d'Olivier Giroud, transféré cet été à Londres.

"On prépare le match de Reims, il n'y a pas de calcul. Il y a un match à disputer avec toute l'énergie et la rigueur que cela impose", a toutefois répété l'entraîneur du MHSC René Girard cette semaine.

"Il faut que l'on s'habitue à la répétition des matches de haut niveau, que l'on apprenne à gérer les matches qui précèdent et suivent nos matches de Ligue des champions."

Son milieu de terrain Jamel Saihi s'est montré encore plus ferme quant à l'attitude à adopter vendredi face au promu, signe que le message envoyé par son entraîneur a bien été reçu.

"Il ne faut penser qu'à Reims. Arsenal, on y pensera après. On pourra les voir jouer samedi, on aura le temps d'y penser. Le championnat reste quand même la priorité", a-t-il souligné.

Entre le discours et les actes, il risque quand même d'y avoir un léger hiatus puisque René Girard songerait à laisser au repos son défenseur international Mapou Yanga-Mbiwa, qui a deux matches en équipe de France dans les jambes.

Le dernier club français qui goûtera la semaine prochaine au parfum de la Ligue des champions, Lille, se frottera lui aussi à un promu, Troyes, samedi, avant-dernier de la Ligue 1.

Privés de "grande coupe d'Europe" cette saison, le leader marseillais et son dauphin lyonnais tacheront de rappeler qu'il faudra compter avec eux cette année.

Auteur du meilleur début de championnat de son histoire avec quatre victoires en autant de journées, l'Olympique de Marseille tentera la passe de cinq dimanche sur la pelouse synthétique de Nancy.

Mais pour Rod Fanni, il est inutile de tirer des plans sur la comète après cet enchaînement de victoires prometteur.

"C'est trop tôt pour faire des conclusions. On est content mais il ne faut pas en faire trop car tout est fragile. Il suffit d'une ou deux défaites pour que tout soit remis à zéro. Gardons la tête froide et on verra bien", a-t-il ainsi expliqué.

Lyon, invaincu cette saison à Gerland, accueillera dimanche Ajaccio pendant que le troisième Lorient disputera un derby breton à Rennes, qui pointe à une décevante 17e place.

Avec Dimitri Moulins à Montpellier, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant