Ligue 1, Toulouse : un miracle signé Dupraz

le
0
Ligue 1, Toulouse : un miracle signé Dupraz
Ligue 1, Toulouse : un miracle signé Dupraz

Désormais, il faudra discrètement vérifier si, par hasard, Pascal Dupraz ne marche pas aussi sur l'eau ou s'il ne multiplie pas les pains quand il a un peu de temps de libre. Car, depuis hier soir, il est bien l'homme du miracle toulousain. Ou plutôt des miracles, tant Toulouse a souffert et a été longtemps virtuellement relégué.

Arrivé le 1er mars dans un club moribond et persuadé de descendre en Ligue 2, Dupraz a donc sauvé le TFC de la descente. Le Haut-Savoyard, grande gueule et coeur sensible, a vécu une soirée terrible sur la gamme des émotions. Peur, déception, espoir, désillusion, malchance et enfin délivrance se sont enchaînés au cours d'un match irrespirable.

Sur un centre de Sunu, Ketkeophomphone ouvre le score de près (1-0, 12e). Sur son banc, Dupraz, une écharpe du TFC enroulée par superstition autour de la main droite, peste sur les errances défensives de ses hommes. A cet instant, Toulouse est relégué. Et encore un peu plus quand Reims marque contre Lyon.

Un coaching inspiré

Obligé de réagir, Toulouse pense avoir réussi le plus dur quand N'Doye, d'une main idiote, offre un pénalty à Toulouse. Mais Braithwaite, avec deux pas d'élan seulement, envoie sa frappe au-dessus. (30e). Dupraz, qui s'est débarrassé de son écharpe, hurle sa colère. Mais il réagit. Il fait entrer l'Argentin Trejo qui lance presque immédiatement Ben Yedder, décevant jusque-là, qui égalise (1-1, 59e).

Revoilà Toulouse à un but du maintien. Mais à Angers aussi, on sait pratiquer le coaching gagnant : Benrahma entre à son tour et, dix secondes plus tard, marque d'une frappe dans la lucarne (2-1, 64e). « A cet instant, on a pensé que c'était foutu, explique Dupraz. J'ai alors pensé très fort à mes parents disparus et j'ai eu une inspiration. Celle de faire entrer un gaucher, le petit Bodiger. » Et juste après l'égalisation de Braithwaite (2-2, 78e), Bodiger, d'un coup franc enroulé, libère enfin les siens (2-3, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant