Ligue 1: Toulouse s'est trouvé une attaque et deux buteurs

le
0
TOULOUSE PARMI LES MEILLEURES ATTAQUES DE LA LIGUE 1
TOULOUSE PARMI LES MEILLEURES ATTAQUES DE LA LIGUE 1

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - A eux deux, ils pèsent près de deux tiers des buts du Toulouse FC, séduisant quatrième de Ligue 1: la révélation Wissam Ben Yedder et Emmanuel Rivière, de retour en forme, sont en train de prouver que les Violets savent désormais attaquer.

Grâce à ce duo complémentaire, le "Téfécé" affiche la deuxième meilleure attaque du championnat avec trois autres clubs (15 buts) derrière Valenciennes (19), bien loin de ses statistiques de la saison 2011-2012, que le club avait achevée avec la 18e place sur le plan offensif.

Les six réalisations de Wissam Ben Yedder depuis août en font le dauphin de Zlatan Ibrahimovic au classement des buteurs tandis que les trois d'Emmanuel Rivière, dont un doublé contre Evian samedi dernier (4-0), prouvent qu'il revient à son meilleur niveau.

Leur entraîneur Alain Casanova mesure d'ailleurs la chance de pouvoir disposer à la fois d'un manieur de ballon (1,70 m, 68 kg) et d'un dévoreur d'espaces (1,82 m, 76 kg) avant d'affronter Brest samedi à domicile.

"Ce qui est très intéressant, c'est le profil différent qu'on peut avoir sur nos joueurs offensifs", souligne le technicien toulousain.

"'Manu' est très intéressant quand il y a de la profondeur, de l'espace devant, des situations de transition. Mais en même temps, je ne veux pas le réduire à ça, parce qu'il s'est énormément amélioré. On l'a vu samedi: il marque sur deux attaques placées", ajoute-t-il.

"Après, on sait que Wissam est peut-être plus habile dans les petits espaces, il nous permet de créer plus de supériorité numérique à l'intérieur, de mieux enchaîner nos actions. Et on sait ses qualités naturelles de finisseur."

DÉCLIC

Âgés de 22 ans tous les deux, ils ont connu un parcours très différent avant de se trouver aujourd'hui en concurrence pour le poste d'avant-centre du TFC.

Si Ben Yedder explose cette année au plus haut niveau après avoir fait ses gammes en futsal, Emmanuel Rivière a brillé sous le maillot de Saint-Etienne (16 buts en deux saisons) avant un transfert à Toulouse en 2011 et une blessure à la cheville qui a freiné sa progression.

"Rien n'a été facile pour lui depuis son arrivée il y a un peu plus d'un an: une blessure, un transfert à justifier, des difficultés d'adaptation, l'éclosion de Wissam, un peu de perte de confiance", raconte Alain Casanova.

"C'est remarquable qu'il se soit redressé comme il l'a fait. Le but de Troyes y a contribué et lui a fait beaucoup de bien", ajoute-t-il, parlant de "déclic".

Auteur du deuxième but des siens sur le terrain de l'Estac fin septembre (victoire 2-0), le natif du Lamentin, en Martinique, s'est libéré d'un poids et veut désormais "rattraper le temps perdu".

"Ce but (était) un peu hasardeux mais m'a fait beaucoup de bien", concède l'intéressé, qui a récidivé par deux fois contre Evian, dont une magnifique balle piquée au-dessus du gardien.

"Il suffit d'un but et la machine se remet en route. Dès que je reprends confiance, tout vient naturellement. Et avec le culot, on marque de jolis buts", sourit-il, disant viser la barre des 10 réalisations cette saison.

"DROIT À L'ERREUR" POUR BEN YEDDER

Emmanuel Rivière assure avoir accepté sans rechigner l'émergence de Wissam Ben Yedder même si, à cause du Sarcellois, l'ex-Stéphanois n'a été titulaire qu'à deux reprises depuis le début de la saison en Ligue 1.

"Vous savez, quand j'étais à Saint-Etienne, j'ai piqué la place de joueurs plus anciens. C'est le monde du football. Je ne suis pas contre la concurrence, je suis même content pour lui", avance-t-il, se disant aiguillonné par la réussite de son coéquipier.

"On connaît tous les qualités de 'Wiss' techniquement et devant le but. Par amour-propre, parce que je suis quelqu'un de combatif, c'est clair que ça pique, ça vous remet vraiment au travail et ça vous force à travailler encore plus."

Leurs rôles étaient inversés le week-end dernier à Evian, où Emmanuel Rivière était titulaire et Wissam Ben Yedder sur le banc, éclaboussé par la polémique née d'une sortie en boîte de nuit juste avant la déroute des Espoirs français en match de barrage pour l'Euro 2013.

Contrairement aux Rennais Yann M'Vila et Chris Mavinga, mis au ban par leur entraîneur Frédéric Antonetti, Wissam Ben Yedder a bénéficié de la mansuétude de l'encadrement toulousain.

"Vous savez très bien que nous, on permet, on autorise tout le temps le droit à l'erreur. On n'oublie pas aussi qu'on a affaire à de jeunes joueurs", fait valoir Alain Casanova, qui veut couper court à toute polémique.

"Et puis après, on a toujours pensé avec le président (Olivier Sadran) qu'il n'était pas question de se tirer une balle dans le pied. Chacun fait comme il l'entend."

Edité par Olivier Guillemain et Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant