Ligue 1: Toulouse-Montpellier, une opposition de styles

le
0
Ligue 1: Toulouse-Montpellier, une opposition de styles
Ligue 1: Toulouse-Montpellier, une opposition de styles

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Toulouse, septième et meilleure défense de Ligue 1, accueille vendredi le leader montpelliérain et sa puissance offensive en match avancé de la 34e journée, une opposition de styles entre deux clubs qui jouent les trouble-fête du haut de tableau.

Les deux équipes sudistes ont en commun un budget modeste, des joueurs phares issus du centre de formation, un brillant parcours cette saison et de grandes ambitions à cinq matches de la fin du championnat.

Mais quand le MHSC vise le titre grâce à la troisième attaque du championnat et des gâchettes du calibre d'Olivier Giroud ou de Younès Belhanda, le 'Téfécé' ambitionne une qualification européenne à la faveur de sa discipline défensive.

Dans un Stadium où Montpellier n'a pas perdu depuis 25 ans, l'occasion est belle pour le leader de mettre la pression sur son dauphin au classement, le Paris-Saint-Germain, deuxième à deux points.

Sauf si Toulouse, revanchard après sa défaite le week-end dernier contre Evian (2-1), parvient à enrayer la mécanique héraultaise.

"Ils sont déterminés maintenant pour jouer le titre et être premiers, c'est à nous de les contrer et de faire déjouer leurs meilleurs joueurs", résume le milieu toulousain Etienne Capoue, qui aura la lourde tâche de contenir Belhanda, le meneur de jeu montpelliérain.

"Il sera vraiment dans ma zone, il joue en '10' et moi devant la défense, ce sera à moi de le contrôler pour qu'il alimente le moins possible Giroud (...) L'idée, c'est de les faire jouer le moins offensivement possible."

L'attaquant international français Olivier Giroud (20 buts, 8 passes décisives) et son compère marocain Younes Belhanda (10 buts, 4 passes décisives) représentent à eux seuls la moitié du total de réalisations montpelliéraines cette saison.

Pas de quoi effrayer Etienne Capoue, selon qui la pression sera sur les épaules du MHSC. "Nous, on n'a rien à perdre, on a tout à gagner. Bien sûr, ce serait un échec de rater la coupe d'Europe (...) mais c'est une pression positive."

NE PAS "S'ENFLAMMER"

L'entraîneur toulousain Alain Casanova, lui, souhaite avant tout voir ses troupes poursuivre sur leur bonne dynamique à domicile, où le TFC est invaincu depuis la mi-février.

"C'est un match de gala, comme contre Lyon (3-0 le 18 avril-NDLR). S'étalonner contre une équipe qui est en train de réussir une saison extraordinaire, un parcours magnifique, c'est très intéressant", souligne le technicien, répétant l'objectif de la quatrième place, qualificative pour la Ligue Europa.

"Terminer quatrième, ce n'est pas la même chose que terminer huitième. En termes économiques, c'est très, très important pour le club", poursuit Alain Casanova qui dispose d'un groupe quasiment au complet, à l'exception de Serge Aurier et d'Etienne Didot.

Côté montpelliérain, on minimise l'importance de cette rencontre, même si les hommes de René Girard, vainqueurs de Valenciennes le week-end dernier (1-0), ont vu le PSG se rapprocher à la différence de buts.

"On a un match difficile qui nous attend, c'est vrai, mais c'est une fin de saison et Lille vient chez nous après, ce sera un match important aussi", relativise l'entraîneur héraultais.

"Je ne pense pas que le championnat s'arrêtera de tourner ce week-end", ajoute-t-il, demandant à ses hommes d'être "costauds mentalement".

Certains joueurs reconnaissent toutefois ressentir une sorte de tension dans ce sprint final.

"C'est sûr que quand on s'approche de la fin et qu'on est toujours devant, on a une petite pensée pour le titre. Mais il ne faut pas s'enflammer", explique le défenseur Vitorino Hilton.

"Si on commence à penser que c'est bon, que l'on va gagner les cinq derniers matches et être champions, ce serait une erreur."

Avec Dimitri Moulins à Montpellier, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant