Ligue 1: Sochaux, l'impossible espoir du maintien

le
0
SOCHAUX S'ACCROCHE À SON ESPOIR DE MAINTIEN
SOCHAUX S'ACCROCHE À SON ESPOIR DE MAINTIEN

par Dimitri Rahmelow

SOCHAUX, Doubs (Reuters) - Lanterne rouge de Ligue 1 avec huit points pris en 17 journées, le FC Sochaux-Montbéliard s'accroche au fol espoir de renouveler son bail parmi l'élite et vivre une 67e saison au plus haut niveau, ce qui serait un record dans le football français.

Les protégés d'Hervé Renard, qui comptent huit longueurs de retard sur le premier non relégable, Montpellier, n'ont gagné qu'une seule rencontre cette saison à domicile, contre Valenciennes (2-0), pour cinq nuls et 11 défaites.

"Ça va être difficile. Chacun doit se remettre en question", plaide Mathieu Peybernes, dont la défense vient, en trois défaites consécutives, d'encaisser 12 buts dont cinq au Parc des Princes et autant à Toulouse, pour un seul but marqué.

"Il reste deux matches de championnat (à Nice et contre Rennes d'ici la trêve, NDLR). On doit rapporter six points, quatre au minimum. Et repartir en janvier du bon pied avec une série positive", calcule le joueur formé au club.

Le remplacement d'Eric Hély par Hervé Renard début octobre n'a pas eu l'effet escompté. Le technicien n'a pas encore goûté à la victoire. Son premier match avait pourtant laissé entrevoir une lueur avec un 2-2 à domicile contre Monaco après avoir été mené 2-0.

"On était sur une bonne trajectoire mais on ne prenait vraiment pas assez de points. On a fait des nuls, mais dans notre situation ça ne fait pas avancer. Il manque toujours ce petit truc qui permettrait de gagner", explique l'attaquant Cédric Bakambu.

Certaines erreurs personnelles comme la sortie très hasardeuse du gardien Simon Pouplin qui offre le premier but à Reims, ou des appréciations arbitrales litigieuses comme le refus de valider trois des quatre buts de Cédric Bakambu, pèsent au final assez lourd lors du bilan intermédiaire.

"FRUSTRATION"

Les matches nuls contre Monaco, Saint-Etienne et Bastia et surtout le match perdu contre Reims (2-0) ont laissé des regrets à un groupe dont le moral est forcément entamé avant d'aller défier Nice qui reste sur sept défaites consécutives en Ligue 1.

"Ce match contre Reims nous a mis une gifle. Mais, au final, on s'est mis dedans tout seul. Ça va être super difficile, mais on va s'accrocher", promet Cédric Bakambu, qui pourrait quitter le Doubs lors du mercato hivernal.

Pourtant, même les statistiques ne sont pas favorables au club du nouveau président Laurent Pernet. L'exemple de l'AS Nancy-Lorraine, 11 unités à la trêve l'an dernier, ne rassure pas : les Lorrains étaient descendus pour deux points malgré une phase retour à 27 unités.

"On en parle car ce club est à côté. Il faut s'en servir, faire mieux. Ils avaient fait une deuxième partie de saison extraordinaire. Mais si on ne prend pas les points maintenant, demain, il sera trop tard", prévient encore Cédric Bakambu.

Hervé Renard, ancien sélectionneur de la Zambie, semble à bout d'arguments. Ses coups de gueule en cours de match comme aux entraînements, mais également ses mots parfois crus contre ses joueurs en conférence de presse, n'ont pas fait mouche.

"Si on a la honte ? Non, c'est de la frustration", corrige Mathieu Peybernes, qui estime qu'il va falloir "changer de mentalité", "ne pas passer pour des rigolos".

Car, dit-il, "Sochaux ne mérite pas de descendre. De par son passé, et pour tout ce qu'il a fait pour ce championnat".

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant