Ligue 1: Sochaux a le "trouillomètre" à zéro

le
0
LE CLASSEMENT AVANT LA 33E JOURNÉE DE LIGUE 1
LE CLASSEMENT AVANT LA 33E JOURNÉE DE LIGUE 1

par Dimitri Rahmelow

SOCHAUX, Doubs (Reuters) - Le FC Sochaux, 17e de Ligue 1 avec 32 points, à savoir une longueur d'avance sur le premier relégable, Nancy, aborde la peur au ventre le sprint final en bas de tableau en vue du maintien.

La dynamique actuelle des Francs-Comtois ne semble pas favorable compte-tenu de leurs résultats irréguliers, de leur mental en mode alternatif, mais aussi de leur calendrier piégeux pour les six dernières rencontres.

"Si j'ai peur ? J'ai peur depuis six mois", avoue le milieu de terrain Vincent Nogueira.

"Malheureusement, Sochaux est un club qui doit avoir peur pour réaliser ce qui se passe. Ce n'est pas la première fois que ça nous arrive. On doit gérer l'avance et on ne se sait pas faire, donc on doit vite réagir", poursuit le joueur de 25 ans formé au club.

Le club qui, jusqu'alors, proposait de belles performances face aux grosses cylindrées comme Lyon (1-1 à domicile et 2-1 à Gerland), Paris et Marseille, respectivement battus 3-2 et 3-1 à Bonal, a pris l'eau la semaine dernière à Nice (3-0) tout en ne parvenant pas à bousculer les plus petits.

"Il va falloir résoudre cette équation car on ne rencontre qu'un gros, Lille, et le reste sera un peu moins gros. Mis à part Brest, il faut espérer que les autres équipes que l'on va rencontrer n'auront plus rien à jouer", avance Vincent Nogueira.

"TOUT LE MONDE A L'AIR CONCERNÉ"

Après la réception de Bordeaux dimanche, les Sochaliens iront à Lille (6e), avant de recevoir Lorient, d'aller à Brest, d'accueillir Toulouse et de se déplacer à Bastia pour le baisser de rideau.

Un stress d'un mois que le groupe professionnel se doit de gérer mieux que les concurrents.

"Si tout le monde a peur ? Je ne sais pas, mais tout le monde a l'air concerné. J'ai connu une fin de saison l'an dernier avec cinq matches absolument terribles. Je rentrais chez moi, je me disais que c'était terminé, puis on s'est sauvé", se rappelle le milieu.

Si Troyes, lanterne rouge avec 25 points et Brest, 19e avec 29 points, semblent condamnés, Nancy, 18e avec 31 points, peut croire à l'exploit de renouveler son bail parmi l'élite. Les Lorrains, qui restent sur 13 points pris sur 18 possibles, ont le vent dans le dos.

Plus haut, Ajaccio, 15e avec 35 points et qui n'a plus gagné depuis quatre matches, peut aussi se retrouver sur le troisième strapontin maudit.

Le trouble-fête pourrait être Evian, 16e et 34 points, qui vient d'étriller Rennes (4-2) et de se qualifier pour les demi-finales de Coupe de France contre le Paris Saint-Germain.

"Si on prend les dynamiques actuelles, Sochaux et Ajaccio sont, c'est vrai, les plus en danger pour la relégation. Mais tout peut vite changer. Une contre-performance de Nancy, et ça peut aller aussi vite pour eux", tente de se rassurer Vincent Nogueira.

"DÉLICAT ET STRESSANT"

Le duel Nancy-Evian de dimanche après-midi pourrait valoir aussi très cher pour l'une des deux équipes car le calendrier propose d'ici la fin de saison encore plusieurs matches entre mal classés.

"Reims et Valenciennes avec 37 points devraient se maintenir. Combien il faudra de points ? Je ne sais pas du tout. Ce championnat est tellement fou. Mais là, il faut qu'on gère. Est-ce qu'on doit attaquer ? Jouer le nul ? C'est délicat, stressant", regrette Nogueira.

L'avenir du FC Sochaux pourrait se jouer à Brest, lors de la 36e journée, alors que les Bretons, plongés en pleine crise de nerfs sur le terrain et dans les coulisses, se déplacent à Marseille dimanche et n'ont fait qu'un match nul sur les six dernières rencontres.

"Ce Brest-Sochaux ne sent pas bon. On s'en passerait bien. Il faudra montrer qu'on a plus envie d'être en Ligue 1. Il pourrait condamner une des deux équipes. On est en position de les enterrer puisqu'on est devant eux. Mais eux n'ont plus rien à perdre", ajoute Nogueira.

Pour garder espoir, Sochaux ne doit pas donc s'égarer dimanche lors de la réception de Bordeaux qui fait partie des clubs qui n'ont plus rien à espérer de cette fin de saison mais qui semblent prêts à jouer le jeu compte-tenu de l'embellie actuelle.

"C'est un match qui peut nous faire aller dans la zone rouge. Si on a moins envie de gagner que ces équipes qui n'ont plus rien à jouer, il faut s'inquiéter. Mais parfois, certaines équipes sont meilleures quand elles jouent plus relâché. Alors, attention", prévient Vincent Nogueira.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant