Ligue 1: sérieux et rigueur sont les clés de Montpellier

le
0

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER, Hérault (Reuters) - Henri Bedimo, défenseur de Montpellier, évoque pour Reuters la saison à venir du champion de France en titre avec, pour la première fois de l'histoire du club, une Ligue des champions à disputer.

L'ancien Lensois pense son club capable de reproduire une aussi belle saison à condition, dit-il, d'allier sérieux et rigueur jusqu'en mai prochain.

Reuters : Le titre de champion de France change-t-il quelque chose ?

Henri Bedimo : Cela change notre statut. On fera partie des équipes qui seront suivies et la critique sera rapidement sur nous. C'est normal. On n'aura pas beaucoup de jokers, pas le droit à l'erreur. Mais cela ne change pas nos habitudes car ce n'est pas le style de la maison.

Reuters : Cela vous donne de nouvelles obligations ?

H.B. : On se doit de garder notre niveau de jeu, et de continuer à progresser. Il y a un peu plus de lumière, d'attention sur nous, on est plus pris au sérieux. Pour que cela dure, il faut emmagasiner de la confiance et des victoires.

Reuters : Votre premier match officiel, le Trophée des champions, s'est soldé par une défaite contre Lyon. Vous en gardez quoi ?

H.B. : C'est difficile, car on avait la mainmise sur le jeu. On a mené deux fois et on n'a pas su bien gérer nos temps forts et nos temps faibles. On s'est un peu relâché et ce n'était pas évident physiquement. Mais on va s'en servir pour la suite.

Reuters : Vous dites vous que vous pouvez renouveler la performance de la saison passée ?

H.B. : On sait ce qu'on a fait et c'est un gros plus. Après, nous avons un groupe qui a une grosse marge de progression. Il faut donc continuer à travailler pour avoir le moins de failles dans le collectif. Pour rester en haut, il faut encore élever notre niveau de jeu. C'est pour cela qu'en s'appuyant sur les bases de l'année dernière, il nous faudra, lors de tous nos matchs, être hyper déterminés et rigoureux.

Reuters : Seuls Olivier Giroud et Geoffrey Dernis ont quitté le club, c'est un avantage ?

H.B. : Oui, car le groupe se connaît. Pour que l'on aille plus haut, il faudra que tout le groupe tire vers le haut. Je ne pense pas qu'on aura beaucoup à travailler sur ça, il faudra simplement être sérieux et rigoureux.

Reuters : Les nouveaux semblent avoir été rapidement intégrés.

H.B. : C'est comme quand je suis arrivé il y a un an. J'ai été rapidement mis à l'aise. C'est aussi la force du groupe. Maintenant, il nous reste à acquérir nos marques pour la première journée afin que la mayonnaise prenne comme la saison dernière.

Reuters : Quelles sont vos envies cette saison ?

H.B. : De continuer à bien vivre ensemble, à vivre quelque chose de fort aussi cette année. Evidemment, cela sera difficile de faire mieux que la saison dernière. Mais on se dit que le début de saison nous permettra de savoir. Si on ne le rate pas, on pourra ainsi défendre ce que l'on a le plus longtemps possible.

Reuters : Le Paris Saint-Germain et ses stars est-il le plus sérieux - voire le seul - prétendant au titre ?

H.B. : Pas plus que l'année dernière car ce serait manquer de respect aux autres que de dire qu'il n'y avait pas de sérieux prétendants la saison passée. C'est bien pour le championnat, ce sera une locomotive, cela permettra à toutes les équipes de hisser leur niveau de jeu. C'est une bonne chose pour le championnat, pour le public, tout est là pour avoir une superbe saison.

Reuters : Et vous allez découvrir la Ligue des champions...

H.B.: C'est une compétition, quand on en parle à un joueur, il a les yeux qui brillent. Maintenant, pour bien préparer cela, il faut bien débuter notre saison. On ne peut pas se projeter mi-septembre sans parler du championnat, c'est le mois d'août qui va nous servir d'élan. Cela conditionnera la suite. Il sera temps d'avoir des ambitions à ce moment-là.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant