Ligue 1: Rémy Vercoutre n'est plus un éternel second

le
0
RÉMY VERCOUTRE DÉSORMAIS TITULAIRE DANS LES CAGES DE L?OL
RÉMY VERCOUTRE DÉSORMAIS TITULAIRE DANS LES CAGES DE L?OL

par André Assier

LYON (Reuters) - Devenu gardien numéro un de l'Olympique lyonnais après le départ d'Hugo Lloris pour Tottenham, Rémy Vercoutre aborde avec sérénité et envie cette nouvelle page inédite de sa carrière.

La dixième saison à l'OL sera donc a priori la bonne pour celui qui, jusqu'au transfert du portier des Bleus en Premier League, était considéré comme une éternelle doublure.

"Aujourd'hui, je ne peux pas dire que c'est inespéré mais c'est un grand plaisir d'avoir un autre rôle que celui de remplaçant", résume l'intéressé, un brin soulagé.

"Après toutes ces années de boulot, tu te dis 'tout ça pour ça'. Ma vie de sportif de haut niveau sera différente, pas celle de tous les jours. Quant à ma personnalité, je ne pense pas qu'elle va fondamentalement changer."

Arrivé entre Rhône et Saône en juillet 2002 en provenance de Montpellier, Rémy Vercoutre devait jusque-là se contenter des miettes: à peine 40 matches en Ligue 1 en neuf saisons, dont près de la moitié d'août à décembre 2007 quand Grégory Coupet s'est blessé à un genou lors d'un entraînement.

A l'exception de cet intérim de 19 rencontres consécutives de Ligue 1 en un semestre, Rémy Vercoutre n'a été aligné que lorsque Grégory Coupet puis Hugo Lloris étaient préservés, notamment en Coupe de France ou de la Ligue.

Et malheureusement pour lui, quand il est parti à Strasbourg en prêt lors de la saison 2004-2005, il s'est blessé à la main et n'a pu véritablement se montrer cette année-là.

Un nouveau "job" débute donc pour l'ancien de 32 ans qui fait figure de dernier des Mohicans à Lyon avec ses cinq titres de champion, dont un doublé en 2008 avec la Coupe de France.

"JE NE POURRAI PLUS FAIRE CERTAINES CHOSES"

"Ce n'est pas une pression en plus. J'ai eu le temps de m'y préparer durant la préparation. Je fais partie intégrante de cette nouvelle politique de Lyon", raconte-t-il.

Il est vrai qu'à l'heure de réfléchir à un éventuel remplacement d'Hugo Lloris, le salaire raisonnable de Rémy Vercoutre a fait pencher la balance en sa faveur à Lyon, où depuis un an, les dirigeants ont enclenché une cure d'austérité.

"Quand Hugo est rentré de l'Euro, on a beaucoup entendu parler d'un départ, rappelle-t-il. Joël (Bats, l'entraîneur des gardiens, NDLR) a tout de suite pris les choses en main et a tranché dans le vif."

Considéré depuis toujours comme l'un des cadres lyonnais, avec certaines responsabilités afférentes, Rémy Vercoutre pense qu'avec son nouveau statut, son rôle va peut-être légèrement changer.

"Je ne pourrai plus faire certaines choses pour me concentrer au terrain. Je dois me concentrer sur mon match au lieu d'être prêt à intervenir", estime-t-il.

Après un match contre Valenciennes au début du mois, il vivra dimanche contre Ajaccio un enchaînement de deux titularisations inédit depuis octobre 2008.

Il lui faut donc s'adapter à ce nouveau rythme.

"C'est différent. Il y a un match à jouer, l'enchaînement des rencontres à gérer. Cet enchaînement, cette continuité, je ne les connais pas ou presque pas. Joël Bats va être important pour moi. Je vais faire moins de quantité et plus de qualité au quotidien", dit-il.

"Je vis pleinement la chose. Je ne suis pas loin d'être le 'papi' du groupe."

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant