Ligue 1: quand Louis Nicollin donne les coups qui portent

le
0
LES COUPS DE GUEULE DE LOUIS NICOLLIN
LES COUPS DE GUEULE DE LOUIS NICOLLIN

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - A Montpellier, il y a une tradition: quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, l'emblématique et truculent président Louis Nicollin pousse un coup de gueule.

Ecran de fumée? Manque de contrôle? Management à l'ancienne? Ou simple témoignage de son attachement au club ? D'où viennent donc ces éclats de voix et de verbe à répétition?

"Tant que l'on n'aura pas dégonflé certaines têtes, on n'y arrivera pas", lâchait-il dimanche après la défaite contre Marseille à domicile alors que le champion en titre, avec un seul point engrangé en trois rencontres, se retrouvait en position de relégable.

"Pour dégonfler les têtes, il faut avoir le goût de le faire. Et là, je ne l'ai pas. Ils m'écoeurent, pour dire les choses", poursuivait-il.

Rien de bien nouveau finalement. En mars dernier, au lendemain de l'élimination de la Coupe de France, Louis Nicollin était déjà vexé par la prestation de ses joueurs.

"Il y a des joueurs surfaits. Et les remplaçants, quand ils jouent, ne montrent pas qu'ils sont aussi forts que les titulaires, ce sont de grosses crêpes!", affirmait le président héraultais.

Qui précisait tout de même : "Je ne suis pas énervé, je suis très décontracté."

Ces sorties, qui rythment la vie du club depuis toujours, ne sont peut-être pas aussi incontrôlées que cela. Elles permettent d'abord à son auteur, Louis Nicollin, de relâcher la pression.

"C'est quelqu'un de très pudique qui intériorise souvent et se libère en disant des choses comme cela", expliquait Michel Mézy, son conseiller, lors d'une interview en mai dernier.

Ces coups de gueule détournent aussi systématiquement l'attention des résultats pendant une bonne semaine et protègent l'équipe de la tempête qui se détourne vers le président.

"Contrairement à ce qui peut se dire, je pense que cela a été le premier à être très grand en communication", avouait Mézy.

JE T'AIME, MOI NON PLUS

Et même si les remarques du président peuvent parfois blesser certains joueurs, lassés de se faire gronder publiquement, elles relancent l'équipe.

"Les recadrages, cela fait toujours du bien", témoignait cette semaine l'entraîneur, René Girard. "Connaissant le club, il y en aura d'autres."

"Quand on n'a pas confiance en un groupe, quand on sait qu'il ne peut pas, on ne cherche pas à obtenir ce qu'on ne peut pas. Quand on sait qu'il a le potentiel, que ce sont des jeunes joueurs, c'est bien de temps en temps de se faire tirer les oreilles."

Après son éclat de mars dernier, Montpellier s'était emparé de la première place du championnat pour ne plus jamais la quitter et devenir champion pour la première fois de son histoire.

"Dire les choses dans les journaux, cela fait mal parce que c'est public mais le plus souvent, c'est positif. Il le fait sciemment parce qu'il a une connaissance extraordinaire des hommes", soulignait Mézy.

En septembre 2008, Louis Nicollin ne s'en prenait pas directement à ses joueurs, mais menaçait d'abandonner le club.

"Si on ne monte pas en Ligue 1 à la fin de la saison, il ne faudra plus compter sur moi, je mettrai le club en vente", disait-il avant de faire, comme à son habitude, une légère marche arrière, quelques jours plus tard.

"Je n'ai pas poussé de coup de gueule, je n'étais pas content, point à la ligne, affirmait-il. Et j'ai le droit de le dire, je paye."

A l'époque, Montpellier restait sur deux défaites mais allait remonter en Ligue 1 en fin de saison.

Finalement, Louis Nicollin est un peu comme un collégien amoureux pour la première fois. Quand sa fiancée le déçoit, il fait comme s'il était fâché et comme s'il ne l'aimait plus, en espérant qu'elle revienne vers lui avec encore plus de passion.

"C'est comme ça, mon club, c'est mon club, c'est une partie de moi", avouait-il il y a quelques années. "Evidemment, c'est une belle histoire d'amour."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant