Ligue 1: PSG et Monaco éclipsent OL-OM

le
0
LE CLASSEMENT DE LA LIGUE 1
LE CLASSEMENT DE LA LIGUE 1

PARIS (Reuters) - La Ligue 1 se tourne ce week-end vers la Bretagne où se poursuivra le duel à distance entre le Paris Saint-Germain, en déplacement à Rennes samedi en pleine possession de ses moyens, et Monaco, attendu à Guingamp sans sa vedette Radamel Falcao.

Il y a peu, l'affiche de dimanche entre Lyon et Marseille aurait été le sommet de cette 18e journée. Il le sera peut-être sur le terrain même si leur niveau actuel entretient un doute, il ne le sera très certainement pas avant.

Avant, les regards se tourneront vers Montpellier, où Rolland Courbis fera son retour sur un banc français avec la réception de Saint-Etienne, vendredi.

Le successeur de Jean Fernandez a pour mission de relancer une équipe à la dérive, 17e du championnat, sevrée de victoire depuis début octobre. S'il a dit cette semaine ne pas croire à un quelconque "choc psychologique", il est d'abord attendu pour sa capacité reconnue à diriger les hommes.

Au PSG, Laurent Blanc n'a pas ce problème. Le champion de France s'est relevé de sa défaite sur le terrain d'Evian en écrasant Sochaux samedi dernier et la parenthèse européenne du milieu de semaine n'aura que peu entamé ses ressources.

Déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, il s'est présenté à Benfica avec une équipe très remaniée, au sein de laquelle les remplaçants ont confirmé qu'ils ne menaçaient pas les habituels titulaires.

A Rennes, sur la pelouse d'un hôte en mal de résultats -13e avec 21 points, une victoire au cours des six derniers matches-, le PSG aura l'occasion samedi en fin d'après-midi de s'assurer une soirée tranquille en préservant sa marge sur Monaco.

A écouter Foued Kadir, les Bretons n'ont pas inscrit de points à leur tableau de marche. "Paris est une des meilleures équipes d'Europe, si ce n'est la meilleure. C'est exceptionnel de pouvoir se mesurer à eux", a jugé le milieu de terrain sur le site internet du club.

ENCORE SANS FALCAO

Non loin de là, Guingamp accueillera une équipe de Monaco qui ne fait pas encore partie de l'élite continentale mais a déjà imposé sa loi sur la France, derrière les Parisiens.

Calée à deux longueurs du PSG, l'ASM est redevenue intraitable après une passe délicate entre mi-octobre et début novembre. Les joueurs de Claudio Ranieri restent sur quatre succès, avec sept buts marqués et aucun encaissé.

La performance est d'autant plus notable qu'ils y sont parvenus sans Falcao, la figure de proue de leur recrutement estival, dont la cuisse continue de faire parler puisqu'il est difficile de savoir à quel point elle le fait souffrir.

A nouveau forfait ce week-end, le Colombien aux neuf buts depuis le début de saison ne s'exprime pas et son club continue de souffler le chaud et le froid, repoussant chaque jour le retour de celui qui ratera samedi un quatrième match d'affilée.

Son entraîneur aurait pu éclaircir la situation jeudi devant la presse mais il n'a fait qu'alimenter le mystère, s'il y en a un. "Avec ce type de blessure ancienne dont les douleurs ressurgissent, les choses sont délicates à préciser sur l'évolution de l'amélioration", a dit Claudio Ranieri.

A Marseille, les blessures sont mieux identifiées. Elles attentent au moral d'un groupe dont les résultats très décevants ont coûté sa place à l'entraîneur Elie Baup, coupable de n'avoir pas su toucher ses joueurs dans leur orgueil.

Son successeur, José Anigo, qui n'avait plus entraîné depuis presque dix ans, a entamé son intérim en Ligue des champions contre Dortmund où il a vu une équipe plus investie mais tout de même dominée et battue.

Or les absents sur blessure -André Ayew, Mathieu Valbuena- et les suspendus, il n'avait ménagé personne alors que se profile le match que tout le club considère comme le plus important de la semaine, un déplacement à Lyon.

Cet habituel sommet du championnat opposera un OM cinquième à neuf points du podium après deux défaites à Lille et face à Nantes à un Lyon 10e, quatre longueurs plus loin, et qui a érigé l'inconstance en mode de vie cette saison.

L'incertitude sur le spectacle qui sera offert au Stade Gerland au vu de ce que l'un et l'autre proposent depuis des mois rendrait presque le retour du Bastiais Mickaël Landreau à Lille, troisième à quatre points du PSG, plus attractif.

Gregory Blachier, avec Etienne Ballerini à Monaco, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant