Ligue 1: profil bas pour Montpellier avant de se frotter au PSG

le
0
PROFIL BAS POUR MONTPELLIER AVANT DE SE FROTTER AU PSG
PROFIL BAS POUR MONTPELLIER AVANT DE SE FROTTER AU PSG

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Pour son déplacement dimanche au Parc des Princes, où la première place du classement de Ligue 1 sera en jeu, Montpellier préfère jouer la carte de l'humilité et laisser le Paris Saint-Germain endosser le costume de favori.

"On n'a aucune pression à avoir. Paris est favori, c'est la grosse équipe de notre championnat, tout le monde l'attend sur la plus haute marche", estime l'entraîneur héraultais René Girard.

"Nous sommes déjà très heureux et très fiers d'être là. L'important, c'est de rester ce que l'on est, humbles et solidaires", poursuit-il, en précisant, comme pour protéger son groupe, que cette rencontre face à Paris ne sera pas déterminante pour la suite du championnat.

"Il faut être sérieux. Cela reste un match, cela ne changera pas fondamentalement les choses. On a encore un bout de route à faire", explique-t-il, avant de lâcher, presque sous la contrainte, que l'objectif avoué est d'aller chercher un résultat au Parc des Princes.

Montpellier, que Paris ne devance que d'un point, reste sur une série de sept victoires consécutives, toutes compétitions confondues, et peut se targuer, avant d'aller se frotter à la ligne d'attaque parisienne, de n'avoir encaissé aucun but en 2012.

Mais au match aller, au stade de la Mosson, les Héraultais avaient pris une leçon de football par les Parisiens, qui s'étaient imposés 3-0. Ce souvenir, incite donc les joueurs héraultais à la prudence.

"S'ils jouent à leur niveau et nous aussi, ce sont eux qui gagneront", affirme d'ailleurs le gardien de but Geoffrey Jourdren.

"Il reste beaucoup de matches derrière, ce n'est pas un tournant. Mais si on peut frapper un grand coup là-bas, on ne va pas se priver", ajoute-t-il.

Olivier Giroud, actuel meilleur buteur du championnat de France avec seize réalisations, tient à peu près le même discours. "On a une petite revanche à prendre. On a commis des petites erreurs de jeunesse. J'espère que cela ne se reproduira pas. Il faudra être un peu moins joueur et un peu plus patient", estime-t-il.

"DANS CE MONDE DE FRIC"

Le club héraultais, 12e budget de la Ligue 1, reçoit pour cette rencontre le soutien inattendu d'une partie des clubs de Ligue 1 ou du moins de leurs supporters, qui verraient avec plaisir les Montpelliérains l'emporter au Parc des Princes.

"Je ne pensais pas que cela pouvait exister, dans ce monde de fric, qu'un budget comme le nôtre puisse s'intercaler au milieu des gros", reconnaît d'ailleurs Louis Nicollin, le président, fondateur et seul propriétaire du club, qui suivra la rencontre depuis le banc de touche.

"Le fossé est vraiment énorme entre les deux équipes", souligne Geoffrey Jourdren, pur produit du centre de formation montpelliérain dont est issu la moitié du groupe faisant le déplacement dans la capitale.

"J'ai entendu des gens qui disaient que de toutes façons à la fin, c'est toujours le plus riche qui l'emporte. Je trouve cela inquiétant", s'émeut René Girard.

"J'espère que cela laissera quand même la place à tout le monde de s'exprimer. Après, est-ce qu'on sera juste devant ou juste derrière ? Je ne sais pas."

Pour ce match au sommet, René Girard pourra compter sur l'ensemble de son groupe à l'exception de Geoffrey Dernis, qui souffre toujours du genou. Le défenseur Vitorino Hilton, absent lors de la dernière journée contre Ajaccio, est de retour dans le groupe.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant