Ligue 1: premier test pour le leader lyonnais

le
0
PREMIER TEST POUR LE LEADER LYON CONTRE MONTPELLIER
PREMIER TEST POUR LE LEADER LYON CONTRE MONTPELLIER

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - A peine les Lyonnais sont-ils redevenus leaders de la Ligue 1 qu'ils doivent passer un premier examen grandeur nature samedi, lors de la 15e journée, face au champion en titre, Montpellier.

Le septuple champion de France s'est hissé au sommet mercredi, à la barbe du Paris Saint-Germain et de l'Olympique de Marseille, après sa victoire 4-1 au stade Vélodrome en match en retard de la dixième journée.

L'OL, qui avait déjà vu la première place lui échapper de peu cette saison, a cette fois saisi sa chance, notamment grâce à un triplé de Bafétimbi Gomis. De quoi aiguiser l'appétit des Lyonnais, contraints cette saison à une cure d'austérité.

"Je suis très content d'être leader. Je pense que les joueurs sont très contents", a reconnu l'entraîneur, Rémi Garde, en conférence de presse juste après la victoire en terre marseillaise.

"Il n'y a pas de hasard. Si on est là, c'est qu'on le mérite."

Mais s'il veut continuer à savourer sa première place, l'OL devra se méfier de tout excès d'optimisme. Sa marge n'est que de deux points sur le PSG et l'OM, la deuxième place se jouant à la différence de buts au profit des Parisiens.

Autrement dit, un faux pas à domicile samedi, conjugué à une victoire du PSG à Nice, le même jour et/ou de Marseille à Brest, dimanche, ferait tomber les Lyonnais de leur précaire piédestal.

Ils en sont conscients, Rémi Garde le premier : "Le championnat est loin d'être terminé, on a encore des matches difficiles et notamment à l'extérieur qui nous attendent. Mais on avance petit à petit."

TRIO GAGNANT

Quelles que soient les considérations mathématiques, le technicien peut se reposer sur son milieu de terrain qui a encore fait ses preuves face à Marseille : Maxime Gonalons, Clément Grenier, et Steed Malbranque. Trois joueurs du cru.

Il faut leur ajouter Yoann Gourcuff, mais le retour au sommet de l'international est constamment freiné par des blessures. Il était encore absent mercredi, la faute à des adducteurs douloureux.

C'est donc grâce à un trio formé au club, y compris Steed Malbranque revenu cette année d'un exil de onze ans, que l'Olympique lyonnais tient pour l'instant tête au Paris Saint-Germain et à ses stars recrutées à grands frais.

Le président du club, Jean-Michel Aulas, a déboursé avec parcimonie sur le marché estival (2,75 millions d'euros pour le défenseur Milan Bisevac, 3 millions chacun pour Fabian Monzon et Arnold Mvuemba, et rien du tout pour Steed Malbranque).

Du côté PSG, le recrutement s'est négocié à coup de dizaines de millions d'euros, en particulier pour attirer l'attaquant Zlatan Ibrahimovic et le défenseur Thiago Silva, tous les deux venus du Milan AC.

Et il suffit que les deux stars toussotent pour que toute la mécanique parisienne s'enrhume, comme l'a rappelé le quart de finale de Coupe de la Ligue perdu contre Saint-Etienne, mardi, au stade Geoffroy Guichard (0-0, 5-3 tab).

"Ibra" a manqué plusieurs occasions nettes et a dû attendre la séance de tirs au but pour marquer. Quant à Thiago Silva, il a raté sa tentative et condamné par la même occasion ses coéquipiers à une élimination prématurée.

PSG et Marseille ont donc vécu une mauvaise semaine. Tout le contraire des Stéphanois, qui flottent sur un nuage depuis quelques semaines et commencent à nourrir quelques ambitions.

Une semaine après avoir brièvement goûté à la première place, les Verts pourraient la retrouver pour au moins quelques heures vendredi, à condition de battre Ajaccio. Ils comptent 25 points, un de moins que le PSG et l'OM.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant