Ligue 1 : pour Lyon, c'est tout bon

le , mis à jour à 08:13
0
Ligue 1 : pour Lyon, c'est tout bon
Ligue 1 : pour Lyon, c'est tout bon

« Vaincre l'ennemi. » La banderole du virage Sud lyonnais, symbole de la rivalité entre les deux grands clubs de la région Auvergne - Rhône-Alpes, était claire. L'OL a écouté les siens et battu le voisin stéphanois (2-0). Mais que ce fut dur. Longtemps, très longtemps au cours de la rencontre, Lyon a multiplié les imprécisions techniques.

 

Mais l'équipe de Bruno Genesio, si inefficace ces dernières semaines, incapable de gagner face à des équipes largement à sa portée, a fait preuve, cette fois-ci, d'une certaine efficacité. « On a parfois pas été très bons mais on a su résister, être solidaires. Sur certains matchs, on aurait mérité bien mieux. Contre l'ASSE, on a eu la chance et la réussite », reconnaît le coach.

 

Des Verts diminués

 

Car avec leurs armes du moment, et malgré les absences sur blessures de plusieurs cadres, les Verts ont longtemps tenu tête à leurs voisins. Mais ils n'ont pas réussi à convertir leurs nombreuses situations favorables. « On peut être fiers de nous », murmure Bernard Caïazzo, le président du conseil de surveillance du club. « Bruno Genesio a su répondre au piège tactique proposé car les Stéphanois étaient tous derrière », explique Jean-Michel Aulas, son homologue rhodanien.

 

L'OL, longtemps poussif, a trouvé le chemin des filets à deux reprises, grâce à une tête plongeante de Sergi Darder, pourtant « nul de la tête » selon le propre aveu de l'intéressé, et au revenant Rachid Ghezzal qui devrait prochainement enfin prolonger son contrat avec son club formateur après des semaines d'âpres discussions.

 

Sans briller, avec un Mathieu Valbuena une nouvelle fois décevant, Lyon a assuré l'essentiel. Se rassurer avant la trêve internationale et après un début de saison plus que moyen (5 défaites en 10 matchs officiels avant cette rencontre). « Il y avait beaucoup de pression », souffle Jordan Ferri. « On s'est relancés par rapport à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant