Ligue 1: Paris et Lyon, chacun son choc

le
0
LE CLASSEMENT DE LA LIGUE 1
LE CLASSEMENT DE LA LIGUE 1

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Les leaders de la Ligue 1 devront tous deux affronter un adversaire redoutable ce week-end, chacun à leur manière : Lyon accueillera Marseille et le Paris Saint-Germain, si fébrile contre les équipes les plus modestes, recevra Nancy.

A priori, les Lyonnais ont davantage de raisons de se faire du souci avant d'accueillir dimanche soir Elie Baup et ses joueurs, bien décidés à défendre leur troisième place quel que soit le prix à payer en termes de jeu.

"Marseille ne pratique pas le plus beau jeu du championnat", a reconnu le défenseur lyonnais Samuel Umtiti, cité par le site internet de son club. "Mais les joueurs ne lâchent rien jusqu'à la dernière minute. Ils sont très solidaires."

Certes, la première manche entre ces deux-là s'était soldée par une défaite humiliante 4-1 pour l'OM au Vélodrome fin novembre, mais les Marseillais n'ont pas franchement l'intention de rejouer la même pièce.

"Tout est possible", selon le défenseur Rod Fanni, cité par le site de l'OM. "Je n'aime pas parler à l'avance parce qu'après on passe pour des imbéciles. Mais on a tout ce qu'il faut pour y arriver", a-t-il ajouté avec un luxe de prudence.

Modou Sougou a moins de raison de se méfier et pour cause : il jouait encore en Roumanie, à Cluj précisément, quand ses nouveaux coéquipiers se sont écroulés contre Lyon.

"Ce sont des matches ouverts où toutes les équipes se valent, où l'équipe la plus concentrée peut corriger l'autre. C'est ce qui s'est passé au match aller. On peut aller les battre 4-1", a-t-il dit cette semaine en conférence de presse.

"Il y a cet esprit de revanche (...). Ça serait bien de pouvoir leur rendre la monnaie de la pièce."

L'attaquant sénégalais garde même le titre dans un coin de son esprit, même si l'OM accuse cinq points de retard sur le PSG, qu'il a perdu deux fois de suite contre l'ogre parisien fin février et qu'il n'a pas tout à fait les mêmes ressources dans son effectif.

"ÇA SE BOUSCULE"

"Ce championnat est indécis. Ce championnat n'est pas donné à l'avance", a-t-il insisté.

"Tout le monde voit Paris champion parce qu'il a un groupe de qualité et des joueurs de qualité, mais derrière ça se bouscule. Même Saint-Etienne n'est pas loin. Même s'ils ne le disent pas, ils pensent au titre aussi."

En comparaison du choc qui attend Lyon, le PSG pourrait s'estimer bien loti avant de recevoir Nancy, samedi après-midi.

Sauf que les Parisiens, fringants quand il s'agit de disputer la clinquante Ligue des champions, déraillent dès qu'il faut affronter les Sochaux, Reims et autres petits poucets de Ligue 1.

Les joueurs de Carlo Ancelotti, qui ont gagné mercredi leur place parmi les huit meilleures équipes du continent en éliminant Valence, viennent de perdre sur le terrain des Sochaliens (3-2) et des Rémois (1-0) lors de leurs deux derniers déplacements en championnat.

Ces deux clubs à la lutte pour le maintien ont joué avec une motivation décuplée par la perspective d'affronter un nouveau grand d'Europe. Et le PSG a joué sans la ténacité nécessaire en pareille situation.

Cette fois-ci, les Parisiens auront face à eux des Nancéiens qui viennent de quitter la dernière place au classement et n'ont pas renoncé à leurs chances de rester en Ligue 1 - malgré leurs six points de retard sur le premier non relégable.

"On s'accroche", a répété plusieurs fois l'entraîneur de l'ASNL, Patrick Gabriel, samedi dernier après une victoire 2-1 à Sochaux. De quoi effrayer Carlo Ancelotti ?

Au moins récupèrera-t-il son attaquant numéro un, Zlatan Ibrahimovic et son milieu de terrain Marco Verratti, suspendus mercredi en Ligue des champions mais autorisés à jouer en championnat.

Saint-Etienne et Nice, les deux équipes qui patientent dans le sas d'entrée avant le podium, joueront respectivement contre Rennes, vendredi, et Montpellier, dimanche.

Les joueurs de Claude Puel, à un point des Verts et quatre de Marseille, devront une nouvelle fois se passer de plusieurs de leurs cadres, à commencer par l'attaquant Dario Cvitanich, toujours blessé.

Pour Saint-Etienne, il s'agira de se préparer au mieux avant d'organiser le comité d'accueil pour la réception du PSG, le week-end suivant.

Edité par Bertrand Boucey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant