Ligue 1: Paris bat Ajaccio et retrouve le sommet

le
0

PARIS (Reuters) - Porté par le duo Javier Pastore-Nenê, le Paris Saint-Germain a retrouvé dimanche sa place au sommet de la Ligue 1, grâce à sa victoire 4-1 face à Ajaccio au Parc des Princes.

A eux deux, les maîtres à jouer sud-américains ont inscrit deux buts et offert deux passes décisives, pour Jérémy Ménez et Guillaume Hoarau, l'attaquant grand format - 1m92 - de retour en grâce après des débuts timides sous l'ère Carlo Ancelotti.

Il s'agit de son quatrième but en trois matches, une semaine après son doublé décisif à Lyon (4-4).

Engagés dans la bagarre pour le maintien, les Corses ont réduit le score en toute fin de première période, à 2-1, sans réussir à faire chuter le nouvel ogre du football français dans son antre.

Chassé de son fauteuil la semaine dernière au profit de Montpellier, le PSG compte désormais, avec 55 points, une marge d'une petite longueur sur le club héraultais, qui reste sa principale menace dans la course au titre.

"C'est très important, parce que nous sommes retournés à la tête de la Ligue. Nous avons joué un bon football", s'est félicité Carlo Ancelotti, l'entraîneur italien du PSG.

"La prestation a été bonne, seulement je pense qu'en deuxième mi-temps, durant les quinze premières minutes, nous avons joué trop individuellement", a-t-il simplement déploré.

Samedi, le match nul de Montpellier, handicapé par les absences d'Olivier Giroud et de Younès Belhanda face à Dijon (1-1), avait laissé le champ libre à Carlo Ancelotti et ses joueurs.

Bien loin de ce duel à distance pour le titre final, Rennes a réalisé une bonne opération comptable, en allant s'imposer à 150 kilomètres de ses bases, au stade du Moustoir de Lorient (2-0).

Les Rennais doivent leur victoire à Jonathan Pitroipa (41e) et Youssouf Hadji (79e).

Ce résultat obtenu en clôture de la journée permet aux Bretons de grimper à la quatrième place au classement, avec 43 points, et de déloger Toulouse, vainqueur à Marseille samedi 1-0, du club très couru des cinq meilleures équipes.

Les Rennais tirent en effet tout le profit du piétinement généralisé en tête du championnat. Ni Saint-Etienne, ni Lyon, pas plus que Lille ou Marseille, n'ont réussi à s'imposer samedi.

Caen et Brest n'ont pas réussi à se départager au stade Michel d'Ornano (0-0) dans l'après-midi.

GUILLAUME HOARAU TITULAIRE EN ATTAQUE

Devant l'équation simple qui se présentait à eux - une victoire était nécessaire pour retrouver la première place -, les Parisiens ont vite pris le jeu en main.

A la 20e minute de jeu, la frappe de Guillaume Hoarau, titularisé à la pointe de l'attaque du PSG, donne un premier aperçu des ambitions parisiennes.

Il ne faut pas attendre plus de sept minutes pour voir les Parisiens prendre l'avantage. Javier Pastore s'appuie sur Blaise Matuidi pour rentrer dans la surface de réparation, avant d'expédier une frappe du gauche dans les filets.

Deux minutes plus tard, le même Pastore troque le rôle du buteur contre celui du passeur. Jérémy Ménez profite alors de la léthargie de la défense adverse pour armer tranquillement une frappe enroulée, qui finit sa course dans les cages d'Ochoa.

Yoann Poulard réduit le score à trois minutes de la pause.

En dépit de ce but, les Parisiens, à l'image de Javier Pastore devenu transparent d'un seul coup, ne jugent pas nécessaire de creuser l'écart en début de deuxième période.

Ils retrouvent toutefois le goût de l'offensive dans les vingt dernières minutes, comme en témoigne le coup franc de Nenê sur la barre ajaccienne à la 70e.

Malchanceux sur cette tentative, le Brésilien trouve sa récompense seize minutes plus tard en servant Guillaume Hoarau sur l'avant-dernier dernier but (86e), avant de marquer à son tour dans le temps additionnel (90+2).

Après quelques semaines de répit, les Ajacciens retrouvent les profondeurs du classement, à la 18e place avec un compteur bloqué à 26 points.

"J'ai eu le sentiment longtemps qu'ont pouvait revenir à 2 partout (...). La défaite me paraît logique mais lourde au regard du contenu de notre match", a déploré l'entraîneur ajaccien, Olivier Pantaloni, en conférence de presse.

Simon Carraud, édité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant