Ligue 1 : oui, Nice peut être champion

le , mis à jour à 09:34
0
Ligue 1 : oui, Nice peut être champion
Ligue 1 : oui, Nice peut être champion

C'était le 24 mai 1959. Malgré une défaite cinglante à domicile contre Angers (3-0), Nice était champion de France pour la 4e fois de son histoire. Cinquante-sept ans plus tard, l'armoire aux trophées du club s'est seulement enrichie d'une Coupe de France en 1997.

 

L'hypothèse de voir les Azuréens s'offrir un cinquième sacre, en mai prochain, relève encore de la douce rêverie. Pourtant, leur brillant début de saison les autorise à nourrir des ambitions légitimes. Pour au moins cinq raisons.

 

Un rythme de champion

 

La théorie de l'essoufflement est démentie par les chiffres. Depuis l'instauration de la victoire à trois points en 1994-1995, toutes les équipes comptant, comme les Aiglons, au moins 23 unités après neuf journées, ont connu un destin doré : elles ont été championnes de France (Lyon en 2007 ou le PSG l'an passé) ou ont fini à la deuxième place (Metz, battu à la dernière journée par Lens en 1998).

 

« Les statistiques, c'est bien mais c'est parfois n'importe quoi car elles n'analysent pas tout », pondère l'entraîneur Lucien Favre. La thèse d'un calendrier à la carte lors du premier tiers du championnat ne tient pas. Nice a déjà accueilli et défait deux cadors, Monaco (4-0) et Lyon (2-0).

 

Un entraîneur déjà intégré

 

Désigné trois fois entraîneur de l'année en Allemagne, Lucien Favre a débarqué sur la Côte d'Azur dans le flou. Il prenait la succession de Claude Puel, parti à Southampton après avoir, quatre années durant, réorganisé le club de la cave au plafond. A l'intersaison, Nice avait été amputé, de surcroît, de trois joueurs majeurs : Hatem Ben Arfa (PSG), Valère Germain (Monaco) et Nampalys Mendy (Leicester).

 

Mais le coach suisse n'a pas perdu de temps et a pris très vite la mesure de son nouvel environnement. Son message et ses directives sont parfaitement reçus. Son adaptation express tranche avec celle d'Unai Emery au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant