Ligue 1, OL - ASSE : « Plus qu'un derby »

le , mis à jour à 08:34
0
Ligue 1, OL - ASSE : « Plus qu'un derby »
Ligue 1, OL - ASSE : « Plus qu'un derby »

En 10 matchs officiels cette saison, Lyon a perdu 5 fois à l'heure de défier Saint-Etienne. Cible des critiques, Bruno Genesio, l'entraîneur lyonnais, livre ses vérités dans un entretien exclusif.

 

Vous n'abordez pas ce derby dans les meilleures conditions...

BRUNO GENESIO. On est dans le dur. Le doute s'est parfois installé et on a du mal à inverser la tendance. Il faut lutter contre cela. Si aujourd'hui on n'a pas la réussite, si on n'est pas efficaces dans les deux surfaces, c'est qu'on doit faire plus.

 

Est-ce que vous regrettez certaines décisions de cet été ? Comme la problématique autour du recrutement d'un attaquant ?

(Il réfléchit.) Vous savez, je n'attaquerai jamais mes joueurs dans la presse. Même si j'ai envie de le faire parfois. (Il rit.) La politique sportive du club, c'est pareil, je l'applique. Quand j'ai prolongé, en juin 2016, le président m'a expliqué la stratégie. La vente d'Umtiti, j'étais au courant. Quand on est entraîneur, soit on accepte, soit on ne prend pas le poste.

 

Personnellement, vous traversez votre première période de turbulence. Les critiques fusent...

Je savais que j'allais devoir gérer des situations difficiles. Je m'étais préparé. Mais je ne m'y attendais pas aussi vite dans la saison. Le tout, c'est de ne pas se laisser polluer l'esprit...

 

Vous souffrez, depuis votre intronisation, d'une forme d'illégitimité aux yeux de certains...

Ce qui me dérange le plus, c'est la mauvaise foi. C'est valable pour les réseaux sociaux et aussi pour une partie des médias. Quand on a fini 2es, en 2015-2016, c'était juste parce que j'étais proche des joueurs, qu'on était en opération commando...

 

Ça vous touche ?

Non. Mais ça m'agace, oui.

 

C'était le sens de votre sortie, le 8 septembre, quand vous déclariez que les critiques seraient moins vives si vous vous appeliez « Ramirez ou Sanchez » ?

Oui, ce n'était pas pour critiquer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant