Ligue 1 : officiellement, Franck Passi est toujours l'entraîneur de l'OM

le , mis à jour à 09:46
0
Ligue 1 : officiellement, Franck Passi est toujours l'entraîneur de l'OM
Ligue 1 : officiellement, Franck Passi est toujours l'entraîneur de l'OM

La trêve internationale arrive à point nommé pour Rudi Garcia. Après deux nuls et une défaite en Ligue 1, le nouvel entraîneur marseillais dispose désormais de deux semaines pour tenter de trouver les bons réglages et viser sa première victoire en championnat. En coulisses, cette période d'accalmie pourrait aussi permettre aux nouveaux dirigeants de l'OM de résoudre un étonnant micmac juridique.

 

Plus de deux semaines après la nomination de Garcia, son prédécesseur, Franck Passi, n'a en effet toujours pas été officiellement démis de ses fonctions. Le contrat d'entraîneur principal, signé cet été par Passi, court ainsi jusqu'en juin 2018 et aucune procédure de licenciement n'a pour l'instant été lancée. « Normal, explique la direction du club. Nous n'avons jamais dit que l'on voulait se séparer de Franck Passi. Au contraire, il a toujours un avenir au club. Nous sommes en train d'en discuter. »

 

Du côté de Franck Passi, la vision du dossier est sensiblement différente. « Franck a été à la tête de l'équipe pendant six mois et il n'est pas question pour lui d'envisager d'autres fonctions à l'OM que celle d'entraîneur principal », nous fait savoir l'un de ses proches. Après le départ de l'Espagnol Michel, licencié pour faute grave au printemps dernier (ce dossier est entre les mains des prud'hommes de Marseille), Passi est en effet sorti de son rôle d'adjoint. Une mue définitive semble-t-il, d'abord pour assurer l'intérim entre le 20 avril dernier et la finale de Coupe de France, perdue face au PSG (2-4). Puis pour entamer le championnat avec le titre d'entraîneur principal jusqu'à sa mise à l'écart, le 20 octobre, tout juste après le rachat officiel du club par Frank McCourt.

 

 

Au bout du compte, 15 matchs officiels (six victoires, cinq nuls et quatre défaites) et un bilan honnête, ni glorieux ni honteux. « Redevenir adjoint, ce n'est pas concevable à mon avis, prévenait déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant