Ligue 1: Nice tente de prendre un nouveau départ

le
0

par Etienne Ballerini

NICE (Reuters) - René Marsiglia étrennera samedi ses nouveaux galons d'entraîneur de l'OGC Nice face à Saint-Etienne, avec pour mission de sortir son équipe des profondeurs de la Ligue 1.

Son prédécesseur, Eric Roy, est le premier entraîneur de la saison à payer les mauvais résultats de sa formation, 17e au classement, qui affiche le même bilan comptable (11 points en 13 matches) que Nancy et Dijon, les deux premiers relégables.

La défaite (2-0) dans le derby du grand Sud face à Marseille, lors de la 13e journée, a précipité la décision, destinée a créer le "choc psychologique" et enrayer le mécontentement des supporters.

Le nouvel entraîneur des Aiglons a pris la mesure du défi qui l'attend: "On est dans une phase où il faut agir, il y a un challenge à relever dans la difficulté".

Il préfère toutefois souligner les aspects positifs, comme la "prise de conscience de ce qui a été fait en bien jusqu'ici au niveau de la motivation et de la maîtrise de jeu".

"Il faut s'en servir pour être efficace, faire en sorte que tout cela se transforme en résultat", a-t-il dit.

Les joueurs ont "vécu sereinement ce changement", selon le défenseur François Clerc. "Ce n'est pas une révolution, mais une évolution. C'est à nous de nous adapter", dit l'ancien Lyonnais.

"ON NE VA PAS LÂCHER"

Son coéquipier Renato Civelli abonde dans le même sens. "J'espère qu'il va trouver des solutions à nos manques", dit-il, avant de promettre: "on ne va pas lâcher!".

Pour René Marsiglia, le rétablissement est "une affaire d'état d'esprit", chacun devant se sacrifier sans retenue sur le terrain pour le collectif.

Les Stéphanois ne voient pas ce changement dans l'organigramme niçois comme un signe de fragilité de leur adversaire.

"Nous ne rencontrons pas une équipe qui est à la dérive", a prévenu Christophe Galtier, l'entraîneur de Saint-Etienne.

"Je n'ai jamais vu dans leur match des joueurs qui ont lâché. Ce changement est arrivé pour diverses raisons que je ne connais pas. Mais à chaque fois que je les ai vu jouer, j'ai trouvé les Niçois plutôt bons et plutôt malchanceux", a-t-il dit.

Christophe Galtier connaît bien son nouvel homologue niçois: les deux hommes passent actuellement leur diplôme d'entraîneur (DEPF) dans la même promotion à Clairefontaine. Ils ont également en commun le quartier des Caillols, à Marseille, d'où ils sont originaires.

Nice est le premier adversaire des Stéphanois sur le chemin de la trêve hivernale, avec six matches au programme, dont cinq face à des équipes de seconde partie de tableau.

"C'est une série importante où nous devons être performants (...) pour ne pas souffrir en deuxième partie de championnat. Mais nous n'avons pas le droit de penser que ce sera plus facile parce que ce ne sont pas Lyon, Paris ou Marseille", a mis en garde Christophe Galtier.

A l'image de Nice, Saint-Etienne devra faire face à des équipes qui tentent de se sauver à chaque match.

Avec André Assier à Saint-Etienne, édité par Simon Carraud et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant