Ligue 1: Nice-Marseille sous haute tension

le
0
DIDIER DESCHAMPS ET L'OM VEULENT METTRE FIN À LA SÉRIE DE DÉFAITES FACE À NICE
DIDIER DESCHAMPS ET L'OM VEULENT METTRE FIN À LA SÉRIE DE DÉFAITES FACE À NICE

par Etienne Ballerini

NICE (Reuters) - Entre un OGC Nice en manque de points et un Olympique de Marseille de son propre aveu "dans le trou", le derby du Grand Sud de la Ligue 1 sera riche en enjeux, samedi, au Stade du Ray.

Ces enjeux font que la rencontre sera aussi sous haute surveillance car ils ont exacerbé la rivalité entre les supporters des deux clubs déjà réveillée par le caillassage des bus niçois à Marseille lors d'un match de Coupe de la Ligue en février.

Les Niçois se sont vengés en infligeant le même sort aux supporters marseillais à la mi-mars, en pleine nuit, sur l'autoroute, lors de leur retour d'un huitième de finale de Ligue des champions à l'Inter Milan.

Deux heures de discussion ont donc été nécessaires à la préfecture des Alpes-Maritimes avant que ne soit prise la décision d'autoriser les supporters marseillais à faire le voyage de Nice pour le match de la 29e journée de Ligue 1.

Les autorités n'en ont pas moins décidé d'utiliser les grands moyens pour éviter les débordements dans un stade du Ray qui est déjà sous le coup de deux matches de suspension avec sursis.

Les cars transportant les supporters marseillais seront placés sous escorte et sous surveillance par hélicoptère jusqu'au stade. Environ 500 policiers, 250 stadiers, dont 35 venus de Marseille, et contrôleurs seront mobilisés.

"RETROUVER LE SOURIRE"

Sur le terrain, où les 46 confrontations à Nice entre les deux clubs se sont conclues par 19 victoires des Niçois, 14 des Marseillais et 13 matches nuls, les deux clubs vivront 90 minutes importantes pour leur fin de saison.

Nice les aborde à la 18e place à égalité de points (27) avec le premier relégable, Sochaux, et deux de retard sur le 17e, Caen.

"On n'arrive pas à enchaîner. On est tous responsables. On n'a pas fait le boulot", reconnaît l'entraîneur, René Marsiglia.

Il faut espérer que le derby et la venue de l'OM "permettront la bonne motivation pour réagir", ajoute-t-il. "Il faudra savoir se motiver plus qu'eux , on sait ce qu'on sait faire quand on est dans un bon jour et que tout le monde joue a son meilleur niveau".

L'entraîneur de Nice sait aussi, cependant, que l'OM "voudra se réhabiliter" de ses mauvais résultats et que ce n'est donc pas "le meilleur moment pour le prendre".

Le premier objectif des Marseillais sera en effet de mettre fin à une série record de sept défaites d'affilée toutes compétitions confondues à quelques jours d'affronter le Bayern Munich en quart de finale de la Ligue des champions.

Le déplacement à Nice est l'occasion "de retrouver le sourire en obtenant un résultat positif", juge l'entraîneur, Didier Deschamps, d'autant que l'élimination en Coupe de France par les amateurs de Quevilly est loin d'avoir été digérée.

"Oui, la période est difficile. Oui, on est dans le trou mais il faut affronter la réalité", ajoute-t-il. "On ne peut pas revenir en arrière. La déception est forte mais elle est derrière, cela ne sert à rien de revenir dessus."

Avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant