Ligue 1, Nice - Marseille (3-2) : l'effet Balo

le , mis à jour à 09:06
0
Ligue 1, Nice - Marseille (3-2) : l'effet Balo
Ligue 1, Nice - Marseille (3-2) : l'effet Balo

Il a d'abord traversé la zone mixte droit comme un I, sans piper mot. Et puis il a croisé ce doux regard familier, dans lequel il s'est empressé de plonger. Hier soir, c'est dans les bras de sa mère que Mario Balotelli a fêté son baptême azuréen. Pour sa (très) grande première en Ligue 1, le buteur italien, recrue phare de l'OGC, a vécu un rêve éveillé. Non seulement Super Mario a vu les Aiglons, désormais deuxième au classement, triompher de l'OM au terme d'un flamboyant derby du Sud (3-2), mais en inscrivant un doublé, son premier depuis décembre 2013, il a mis à ses pieds un stade qui ne demandait que ça. « Je suis content pour lui, ça ne fait pas longtemps qu'il est là, et on veut qu'il se sente bien, glisse sobrement le capitaine niçois Paul Baysse. On le présente comme la star de l'équipe, mais ce n'est pas ça, c'est d'abord quelqu'un qui se fond dans le groupe. »

 

Pas une star, Balotelli ? Un peu, quand même. Pour comprendre l'attente suscitée par l'arrivée du bonhomme, il fallait venir dès 20 heures. L'antre des Aiglons se garnissait tranquillement, quand soudain, la populaire Sud entière s'est levée pour offrir à l'ancien Milanais sa première chanson. Le messie italien venait seulement de pénétrer la pelouse pour l'échauffement. Mais depuis une semaine, Balotelli et son puissant agent Mino Raiola avaient lancé l'opération reconquête. A coup de sourires, de cadeaux pour les coéquipiers, on nous l'assurait, lui, l'éternel ado attardé, avait changé. En dehors des terrains, du moins.

 

Et sur le rectangle vert ? Il lui aura fallu moins de sept minutes pour dire bonjour à la France du football, et 70 de plus pour lui faire tourner la tête. Un pénalty en début de match, histoire de prendre la température, et le but égalisateur dans le dernier quart d'heure pour faire exploser le mercure.

 

Entre-temps, malgré un physique fluctuant, on a revu par moments le Balotelli des belles années ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant