Ligue 1: Nice à l'aube d'une nouvelle ère

le
0
NICE À LA RECHERCHE D'UN SECOND SOUFFLE
NICE À LA RECHERCHE D'UN SECOND SOUFFLE

par Etienne Ballerini

NICE (Reuters) - Un nouvel entraîneur, Claude Puel, un nouveau stade en train de sortir de terre en vue de l'Euro 2016 en France: Nice prend cette saison un virage au détour duquel il espère retrouver de l'ambition.

Le club azuréen se morfond depuis quatre ans en bas de tableau et a dû, la saison dernière, attendre la dernière journée pour assurer son maintien.

Ce fut fait au terme d'une année pénible, marquée par un recrutement raté malgré les moyens engagés et un changement d'entraîneur, René Marsiglia ayant relayé Eric Roy.

La nouvelle ère débute avec des moyens minimaux - seulement 29 millions d'euros de budget et une masse salariale encadrée sur décision de la Direction nationale du contrôle de gestion - ce qui réduit les possibilités de renouveler l'effectif.

Pour relever le défi de la reconstruction dans ce contexte inconfortable, le président Jean-Pierre Rivère a donc fait appel à un entraîneur reconnu pour son sérieux et sa volonté de faire évoluer ses groupes dans la durée, Claude Puel.

L'ancien technicien de Lille et Lyon, qui connaît bien la région pour avoir joué puis entraîné à Monaco, n'a pas tout changé en arrivant.

A l'unisson de son président, Puel dit avoir "voulu garder cette consonance club et niçoise (...) qui permettra de gagner du temps".

Ainsi a-t-il conservé les adjoints en place, Frédéric Gioria et Guy Mengual, et l'entraîneur des gardiens Lionel Létizi. Seul le préparateur physique Alexandre Delval qui a travaillé avec lui à Lyon, est venu compléter l'équipe.

L'OBJECTIF ? MOINS DE STRESS

De la même façon, et en tenant compte des contraintes financières que le grand stade pourrait en partie corriger, l'effectif a pour l'heure assez peu bougé.

"Après le recrutement de l'an dernier et la saison difficile, j'ai tenu à ce que le recrutement soit fait en tenant

compte de la mentalité des joueurs", a expliqué Jean-Pierre Rivère.

Avec l'accord de Puel, Nice a donc ciblé quelques postes et les a pourvus avec des joueurs en fin de contrat - Romain Genevois, le milieu Eric Beauthéac, le gardien Joris Delle ou le défenseur Timothée Kolodziejczak.

Ces hommes doivent répondre au profil défini par le nouvel entraîneur, qui mise sur la cohésion du groupe. Laquelle, dit-il, est fondée sur "les qualités et le potentiel de chacun, liées à la mentalité, la cohérence et à l'écoute".

La présence de Puel et la perspective de faire grandir le club ont compté, pour Romain Genevois notamment.

"Le discours et le projet m'ont plu. J'avais envie de progresser dans un club", a-t-il exposé.

Pour le reste, Puel s'appuiera aussi sur le centre de formation des Aiglons, comme il l'a déjà fait à Lille ou Monaco.

Ce centre qui doit être reconstruit dans la foulée du grand stade, sera donc un des facteurs d'une progression "patiente et ambitieuse", selon l'entraîneur.

Le stade de 35.000 places appelé de longue date à remplacer l'actuelle enceinte sera l'autre outil majeur de la nouvelle ère niçoise.

Il devrait être inauguré en juin 2013 sous le nom d'"Allianz

Riviera", en vertu du contrat de "naming" de neuf ans, pour un montant de 1,8 million d'euros par an, signé avec la société mondiale d'assurances.

Echaudé par la tournure des événements la saison dernière, l'OGC Nice ne veut pas précipiter les choses et se contentera volontiers, cette année, d'une saison "un peu moins stressante", à entendre le défenseur Renato Civelli.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant