Ligue 1: Nancy sans défense

le
0

par Dimitri Rahmelow

NANCY (Reuters) - Rien n'a changé, pourtant tout a changé à Nancy, dont la défense prend l'eau en début d'exercice après avoir aidé le club à éviter la relégation la saison dernière.

Après six défaites consécutives toutes compétitions confondues, l'ASNL est 19e de Ligue 1 avec quatre points et de gros doutes sur son étanchéité.

Les Lorrains restent sur 12 buts encaissés pour deux réalisations contre Rennes en Coupe de la Ligue (3-2) qui n'ont pas suffi à éviter une élimination prématurée.

"On ne comprend pas, parce que la défense n'a pas changé", dit André Luiz, capitaine et défenseur central brésilien de la formation au chardon qui fait équipe avec Sébastien Puygrenier, Massadio Haïdara à gauche et Joël Sami à droite.

"Dans ma carrière, je ne me souviens pas avoir perdu cinq fois de suite. Ma certitude ? Chacun dans l'équipe peut donner un peu plus car, l'an dernier, on s'était sauvé en ne prenant pas de but", poursuit celui qui vient de débuter sa huitième saison à Nancy.

Alors que l'équipe était donnée pour morte à Noël, l'entraîneur Jean Fernandez avait su remobiliser un groupe qui, en fin de saison, avait engrangé 19 points en neuf rencontres.

"Ce n'est pas dans les jambes parce qu'on est préparé pour le haut niveau. Dans les têtes ? Après le bon début de saison, il y a peut-être eu un petit relâchement", avance Sébastien Puygrenier, revenu au club l'hiver dernier après des passages au Zenit Saint-Petersbourg, Bolton et Monaco.

"Au vu des deux premiers résultats, on ne s'attendait pas à vivre un début de saison aussi compliqué que la saison passée. Peut-être qu'inconsciemment, on s'est relâché, on est tombé dans une spirale négative."

Changer une équipe qui perd serait tentant mais la profondeur du banc de touche ne permet pas de véritable révolution sur la ligne défensive.

ENTAME SÉDUISANTE

Si le gaucher Vincent Muratori a fait le métier face à Marseille et Reims, la place de titulaire reste promise à Massadio Haïdara dans le couloir.

Jordan Lotiès, une titularisation et une entrée en cours de jeu au compteur, ne semble pas en mesure de bousculer la hiérarchie en place, tandis que le brésilien Helder, habitué au couloir droit, n'a jamais fait ses preuves et purge actuellement une suspension de huit matches.

Les Lorrains avaient débuté la saison par un succès à domicile contre Brest (1-0) arraché à l'ultime minute sur une erreur du gardien adverse, avant d'aller conquérir un point sur la pelouse de Lille (1-1). Une entame séduisante.

Depuis, plus rien.

Comme un symbole, le meilleur joueur de l'effectif, le milieu de terrain offensif Yohan Mollo, principal artisan du maintien également arrivé en janvier, montre un rendement nettement moins élevé qu'en fin de saison dernière.

"C'est toute l'équipe qui doit se remettre en cause. Mais ça va bien finir par tourner. Les attaquants vont marquer et on ne prendra pas de buts", poursuit Puygrenier.

"Peu importe l'adversaire. L'important, c'est le temps. Et ça doit commencer contre Sainté."

Si les copies rendues contre Toulouse, à Lorient et face à Marseille ont été d'une extrême pauvreté, occasions et duels gagnés se sont multipliés, notamment lors du dernier match perdu face à Montpellier (2-0), la meilleure prestation nancéienne depuis le début de saison.

"On a fait un bon match mais on ne gagne pas. Alors, gagner 1-0 en jouant mal, ça pourrait être le déclic", concède André Luiz.

A Nancy, on s'accroche à ce que l'on peut. A cette statistique, par exemple : la saison dernière, après dix matches, le club comptait cinq points. Cette saison, après sept matches, il en compte quatre.

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant