Ligue 1: Nancy-Lyon, à la recherche des objectifs perdus

le
0
LYON VEUT REPARTIR DE L'AVANT
LYON VEUT REPARTIR DE L'AVANT

par Dimitri Rahmelow

NANCY (Reuters) - Nancy et Lyon, 18e et 5e de Ligue 1, espèrent réagir samedi à Marcel-Picot pour continuer à prétendre à leur objectif initial: le maintien pour les Lorrains, une participation à la prochaine Ligue des champions pour les Rhodaniens.

Les hommes de Jean Fernandez, qui s'étaient extirpés de la zone de relégation au début de la phase retour, occupent une dangereuse 18e place après trois défaites consécutives et six buts encaissés.

"On n'est pas encore morts", affirme pourtant le vice-président lorrain, Nicolas Holveck.

"Il y a toujours eu la conscience de la situation. Après, peut-être que nos résultats face à Rennes et Auxerre (0-0 et 3-1, NDLR) ont fait penser qu'on était sortis d'affaire", poursuit le bras droit du président.

Après le dernier match à domicile qui s'était conclu par une cuisante défaite face à Toulouse (3-0), Jacques Rousselot avait très sévèrement recadré ses joueurs. Cette rencontre avait probablement été l'un des plus mauvais matches de la saison des Lorrains.

"On a bien échangé avec les joueurs. Notre chance? Le vestiaire est soudé. Il n'y a pas l'épaisseur d'un papier à cigarette entre dirigeants, staff et joueurs. Cette force doit payer, c'est positif et favorable", ajoute Nicolas Holveck.

Pourtant, le duel face à Lyon est totalement déséquilibré sur le papier. Si le point du match nul semblerait être une bonne affaire pour les Lorrains, les coéquipiers du capitaine André Luiz visent toutefois plus haut, sans complexe.

"Les joueurs ne sont pas motivés pour un nul, mais pour la gagne. Ça va être la guerre. Certes, ça reste Lyon qui a fait 4-4 contre Paris. Mais ils ont aussi l'obligation de résultat. La pression est plus sur eux que sur nous", estime le vice-président nancéien.

"LUTTER POUR LA TROISIÈME PLACE"

L'OL n'a remporté qu'un seul succès en championnat en 2012, reste sur cinq points pris sur 18 possibles sur la même période et accuse aujourd'hui six longueurs de retard sur le troisième, Lille.

"On n'a pas encore dit notre dernier mot en championnat, il reste 13 matches et beaucoup de choses peuvent encore se passer", veut croire Rémi Garde, l'entraîneur lyonnais.

Les Gones comptent néanmoins neuf défaites en Ligue 1 depuis le début du championnat, une première à ce stade de la compétition depuis la saison 1999-2000.

Mais la qualification en Ligue des champions, indispensable sur le plan économique, doit occulter ces statistiques inquiétantes et oblige à un sans-faute d'ici la mi-mai.

"Nous savons que cela ne sera pas facile. Donc le fait de ne pas y participer (à la Ligue des champions, NDLR), c'est dans un coin de notre tête", avoue l'attaquant Bafétimbi Gomis.

"Nous sommes capables de nous qualifier. Le sprint final approche et nous devons lutter encore pour la troisième place. Lors du match contre Paris (4-4), nous avons montré de belles choses et su réagir après deux non-matches face à Caen et Bordeaux", poursuit-il.

Pourtant, l'OL, qui menait encore 4-3 à l'entame du temps additionnel, n'a pas su résister à la pression du PSG et à l'égalisation à l'ultime minute du match de Guillaume Hoarau.

"Il y a eu une immense déception, mais j'ai profité de la semaine pour revenir sur les nombreux points positifs de cette rencontre. Je souhaite revoir dès ce samedi le même état d'esprit conquérant", espère Rémi Garde.

Avec André Assier à Lyon, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant