Ligue 1: Montpellier gagne en maturité

le
0
MONTPELLIER GAGNE EN MATURITÉ
MONTPELLIER GAGNE EN MATURITÉ

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Dauphin du Paris Saint-Germain, Montpellier compte sur la réception de Bordeaux, samedi, pour conserver son avance sur ses poursuivants dans la lutte pour une place en Ligue des champions.

Le match nul (2-2) obtenu dimanche au Parc des Princes face au leader de la Ligue 1 a démontré que le club héraultais pouvait même faire jeu égal avec le principal prétendant au titre de champion de France.

"Pour moi, cela ne change rien. Chaque match qui passe, il y en a un autre derrière. Quand j'ai fini le match au Parc, j'ai dormi un peu et je me suis réveillé en pensant à Bordeaux. Je suis fier de ce que mes joueurs ont fait, mais j'ai une véritable capacité à tourner la page", dit l'entraîneur, René Girard.

Invaincu depuis le début de l'année 2012, Montpellier sait qu'une qualification pour la Ligue des champions passe par un parcours irréprochable à domicile.

C'est pour l'instant le cas. A la Mosson, Montpellier n'a concédé qu'un seul nul et une seule défaite en 12 rencontres cette saison.

"La meute est là", rappelle René Girard. Lille ne compte que cinq points de retard et Saint-Etienne suit à trois longueurs derrière. "On est devant donc si on ne trébuche pas on va mettre un pied devant l'autre et avancer."

Pour cela, Montpellier doit avant tout conserver son état d'esprit. L'intensité du match réalisé à Paris ainsi que les louanges qui ont suivi ne doivent pas faire changer le club.

"On a montré qu'on n'était pas là par hasard, on a fait notre jeu et montré notre football", explique le défenseur Vitorino Hilton.

"DES GARÇONS INTELLIGENTS"

René Girard affirme, lui, n'avoir "aucune inquiétude particulière" sur la capacité de ses joueurs à poursuivre sur cette voie.

"Ce sont des garçons intelligents, bien dans leurs têtes, ils sont conscients que l'on doit se remettre en question à chaque match. Ils sont en train de gagner en maturité", dit-il.

A l'exception de Geoffrey Dernis absent pour quatre semaines encore, le groupe montpelliérain est au complet pour accueillir des Bordelais au parcours similaire à celui de Montpellier en ce début d'année 2012 avec quatre victoires et un nul.

"Ces derniers temps, ils ont trouvé une assise et une régularité, il faut s'attendre à beaucoup de résistance de leur part d'autant qu'ils doivent se dire qu'ils peuvent désormais accrocher l'Europe", prévient Girard.

Bordeaux reste en effet sur une série de succès probants face à Toulouse (2-0), à Lille (5-4) et contre Lyon (1-0), et se trouve à six points de la quatrième place de Ligue 1, poursuivant son ascension après avoir connu les places de relégables à la mi-novembre.

"Le début de saison a été très difficile, on avait un peu honte et c'est mieux ces derniers temps (...) Notre priorité est de rester dans cette continuité et en même temps jouer les trouble-fêtes jusqu'à la fin de saison", souligne l'attaquant Nicolas Maurice-Belay.

"On est plus près de l'Europe que de la zone des relégables mais il ne faut pas s'enflammer pour continuer à être performants."

Pour Maurice-Belay, Bordeaux peut perturber les Héraultais, comme lors du match aller (2-2), même s'il est persuadé qu'"ils ont la tête sur les épaules" et qu'"ils ne vont pas lever le pied".

Pour ce déplacement, l'entraîneur Francis Gillot dispose de tout son effectif à l'exception du défenseur brésilien Henrique, suspendu.

Seule incertitude sur la composition de l'équipe, l'attaquant titularisé aux côtés de Maurice-Belay sera soit Yoan Gouffran comme face à Lyon, soit Jussiê ou encore Cheick Diabaté de retour de la Coupe d'Afrique des Nations.

Avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant