Ligue 1: Montpellier "fier" de son match nul au Parc des Princes

le
0
RENÉ GIRARD "FIER" DU MATCH NUL DE MONTPELLIER À PARIS
RENÉ GIRARD "FIER" DU MATCH NUL DE MONTPELLIER À PARIS

PARIS (Reuters) - Le match nul décroché par Montpellier face au Paris Saint-Germain (2-2) en Ligue 1, sous les yeux de près de 45.000 spectateurs du Parc des Princes, a fait la "fierté" de son entraîneur René Girard.

Avec 50 points à 14 journées de la fin du championnat, à une longueur seulement du leader parisien, le club héraultais peut même envisager de plus en plus sérieusement la course au sacre final.

Les joueurs "ont su être dans l'arène avec beaucoup de fierté". "C'est dommage qu'en fin de match on pèche un peu par naïveté", a estimé René Girard en conférence de presse après la rencontre.

Le Parisien Guillaume Hoarau a arraché le match nul à une minute de la fin du temps réglementaire, alors que John Utaka avait donné l'avantage à Montpellier à la 82e minute de jeu.

"Je ne dirais pas déçu, je dirais frustré, parce que je pense que ce soir, si une équipe méritait de l'emporter c'était bien nous", a déploré René Girard.

Pour Montpellier, qui affiche un budget modeste au regard des standards de la Ligue 1, le rendez-vous au Parc des Princes faisait figure de test grandeur nature face à une équipe adossée à la puissance financière de ses nouveaux propriétaires qataris.

"On attendait (ce match) avec impatience, pour savoir comment on allait réagir devant cette équipe du PSG qu'on annonce comme un leader du championnat", a affirmé René Girard.

LE TITRE... "POURQUOI PAS?"

"On les a bien tarabustés, on les a bien bougés", s'est-il réjoui.

Ce point empoché dans l'antre parisien permet de dégager l'horizon de Montpellier. Jusqu'au titre?

"Si vous voulez, pourquoi pas", a-t-il répondu aux journalistes réunis dans la salle de presse du Parc des Princes, sans faire mystère de ses nouvelles ambitions.

"J'ai entendu beaucoup de gens qui ont dit qu'on allait s'écrouler. Au plaisir de les décevoir, on est encore là", a-t-il dit, sans cacher son sourire.

Le chemin vers un éventuel titre passe désormais par un match face à Bordeaux samedi prochain, pour le compte de la 25e journée.

"On a un match difficile samedi contre Bordeaux, mais si on garde cet esprit, on va en faire souffrir d'autres", a prévenu le technicien montpelliérain.

Pour le Paris Saint-Germain, postulant naturel au titre, ce match nul est une moins bonne nouvelle.

"Nous devons travailler, nous améliorer, parce que nous n'avons pas de continuité", a prévenu Carlo Ancelotti, l'entraîneur parisien, après son deuxième match nul sur le banc du PSG, qu'il a rejoint en janvier.

"Nous devons continuer a travailler avec confiance (pour) obtenir des résultats", a-t-il dit.

Simon Carraud, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant