Ligue 1: Montpellier et Nicollin ne feront pas de folies

le
0

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Louis Nicollin, président de Montpellier qui vient tout juste d'être sacré champion de France, n'a pas l'intention de déroger à sa gestion habituelle à l'intersaison, ni pour conserver ses meilleurs joueurs, ni pour en recruter d'autres.

"Je pense que l'on n'a pas le droit de faire des folies", a dit Louis Nicollin dans un entretien accordé mardi à Reuters.

"Ceux qui en font, je dis bravo. Et laissons-les faire. Je dis bravo au Paris Saint-Germain pour l'équipe qu'ils vont avoir les prochaines années. Mais je dis à Jean-Michel Aulas (président de Lyon) et Vincent Labrune (président de Marseille) qu'ils se calment et qu'ils n'essaient pas de rivaliser, sinon, ils iront presque en faillite", prévient-il.

Pas question donc pour le club héraultais de tenter de retenir à tout prix le meilleur buteur de la Ligue 1, Olivier Giroud, le milieu de terrain Younès Belhanda ou encore le défenseur Mapou Yanga-Mbiwa, les trois joueurs les plus supervisés ces derniers mois par des clubs français et européens.

"Je ne vois pas comment on peut rivaliser. A la limite, sur un an, on peut donner un salaire énorme à quelqu'un. Mais je ne sais pas s'il faut le faire", s'interroge le président-fondateur et unique propriétaire du club.

"Belhanda restera un an de plus, c'est son intérêt, c'est l'intérêt de tout le monde. Je pense qu'il a le temps. On lui donnera une sucette, comme ça, il sera content", poursuit Nicollin, laissant entendre une possible réévaluation du salaire de l'international marocain.

"Giroud, je ne sais pas. S'il veut partir, il part. On en trouvera un autre, d'avant-centre. Je serais lui, je resterais un an de plus. Je lui ai dit, maintenant, c'est lui qui décide. Mais je me demande s'il réussira ailleurs qu'à Montpellier. Je serais content qu'il me prouve le contraire mais je n'en suis pas sûr", insiste le président du MHSC.

PAS DE RÉÉVALUATION

Quant au cas Yanga-Mbiwa, seul joueur à bénéficier d'un bon de sortie de la part de Louis Nicollin, il n'est pas réglé pour le moment. "Il devrait rester avec nous un an de plus, ce serait bien", précise Nicollin.

Pas question non plus pour le club montpelliérain de casser la tirelire pour augmenter déraisonnablement les salaires, envie de départs ou pas.

"Certains joueurs croient que parce qu'ils sont champions, ils vont être demandés par plein de clubs. On s'attend à des assauts de certains joueurs qui vont vouloir être revalorisés, mais comme ils ont des contrats, je ne vois pas ce que l'on va revaloriser", assène le président héraultais.

Pas d'extravagance enfin en termes de recrutement, comme ce fut le cas par le passé à Montpellier.

"On remplace ceux qui partent. Et une fois qu'on aura remplacé ceux qui partent, on étudiera si on se renforce d'un joueur par ligne. C'est très simple", explique Nicollin.

Avec un objectif tout aussi simple pour le champion de France en titre: "J'aimerais qu'on lutte toujours pour être dans les huit grands clubs français, moi cela m'irait bien", dit-il. Soit l'objectif qui était celui des Héraultais la saison dernière.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant