Ligue 1 : Monaco renoue avec la victoire à Nantes (1-0)

le
0
Ligue 1 : Monaco renoue avec la victoire à Nantes (1-0)
Ligue 1 : Monaco renoue avec la victoire à Nantes (1-0)

Après les victoires du PSG contre Reims (3-0) et de Lille face à Toulouse (1-0), Monaco n'avait pas d'autre choix que de l'emporter à Nantes en clôture de cette 14e journée de Ligue 1. Dimanche soir, grâce à un but d'Obbadi, les joueurs de la Principauté ont mis fin à une série de trois matchs sans victoire toutes compétitions confondues. Avec ce succès 1 à 0, les hommes de Claudio Ranieri s'accrochent à leur troisième place, à cinq points de Paris et à une unité du Losc.

«On a bien joué au ballon, bien pressé et eu beaucoup d'occasions, donc je suis très satisfait, s'est félicité l'entraîneur transalpin. Nantes est une bonne équipe, qui presse bien et se projette vite en contre-attaque, mais on a eu la maîtrise du jeu, donc je suis très satisait.»

A la Beaujoire, il a fallu attendre la 71e minute pour voir Obbadi, d'une puissante frappe de 25 mètres déviée par Bedoya, montrer le chemin à ses coéquipiers.

Positionnés en 4-4-2 avec James Rodriguez en meneur de jeu derrière la paire Rivière-Falcao, les Monégasques, malgré une importante possession de balle, ont longtemps buté sur la défense des Canaris, à l'image de Falcao, maladroit et remplacé à la 63e minute par Martial.

Le co-meilleur buteur du Championnat (9 buts) a ainsi été trop court pour devancer Rémi Riou (18e) avant de complètement dévisser sa frappe en bonne position (53) et de se faire subtiliser le ballon dans la surface par Birama Touré (60e).

Des Nantais trop timorés

Avant le but d'Obbadi, les meilleures occasions monégasques sont finalement venues de Rivière (31e, 48e) et James Rodriguez (29e), qui a manqué le break en croisant trop son tir (75e).

Dans un choc de promus assez fermé entre deux des équipes phares des années 90, qui comptent 15 titres de champion à elles deux (8 pour Nantes, 7 pour Monaco), le FC Nantes s'est montré trop timoré, se créant ses seules occasions une fois mené au score.

Djordjevic, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant