Ligue 1 : Monaco, la victoire en souffrant

le
0
Ligue 1 : Monaco, la victoire en souffrant
Ligue 1 : Monaco, la victoire en souffrant

Trois occasions franches en première période pour deux buts : l'ASM a fait dans le classique pour plier l'affaire en vingt minutes. Avec 102 buts au compteur, Monaco a une fois encore confirmé son statut de meilleure attaque d'Europe, même s'il n'a pas toujours tout maîtrisé et qu'il sait fait quelques frayeurs en deuxième période suite à la réduction du score de Hilton (1-2). Pour ne pas plier au plus fort de la domination montpelliéraine, l'ASM a fait appel à Glik, guerrier admirable. Mais rien de bien fou non plus, puisque Subasic a dû attendre le temps additionnel pour se mettre en évidence, alors que son équipe évoluait à dix après l'expulsion de Jemerson. «On ne peut pas gagner tous les matchs 3-0, a convenu Leonardo Jardim. La victoire est toutefois méritée. Parfois, il faut défendre avec rage. C'est important d'avoir aussi cette mentalité.»

Germain, Sidibé : c'est grave, docteur ?

Pour mesurer l'impact d'un garçon comme Germain, il n'y a qu'à voir comment son équipe se comporte lorsqu'il n'est plus là. Touché au mollet, le capitaine du soir (Falcao avait été préservé au coup d'envoi) a quitté ses partenaires juste après la pause et il leur a cruellement fait défaut. Si Monaco a autant souffert en deuxième période, c'est aussi parce qu'il a dû faire sans Sidibé qui a «senti [son] adducteur qui a fortement tiré», et espère que «cela ne soit pas trop grave» dans l'attente des examens complémentaires. A l'arrivée, cette victoire à Montpellier, où l'ASM n'a plus perdu depuis vingt-sept ans, Leonardo Jardim qui a, peut-être, perdu deux de ses cadres en prévision du 8e de finale aller de Ligue des champions contre Manchester City (le 21 février), est prudent. «Je ne pense pas à ça, mais à Metz, Bastia et ensuite à City, a-t-il confié. Si on pense déjà à ce match, on prépare mal les autres.»

Mbappé, quel talent !

Il vient de fêter ses 18 ans, mais les plus grands d'Europe sont à ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant