Ligue 1 : Monaco enchaîne, Nantes engrange, Rennes déçoit

le
0
Ligue 1 : Monaco enchaîne, Nantes engrange, Rennes déçoit
Ligue 1 : Monaco enchaîne, Nantes engrange, Rennes déçoit

Monaco et Nantes ont réalisé la belle opération de ce samedi soir, lors de la suite de la 19e journée de Ligue 1. Quelques heures après le nul du PSG contre Montpellier, le vice-champion de France et le FCN sont allés s'imposer respectivement à Metz (1-0) et à Lorient (2-1).

Grâce à ce quatrième succès d'affilée en championnat, l'ASM occupe la 5e place du classement avec 32 points, à six longueurs de Paris. Les Canaris, eux, pointent au 7e rang (30 points). Dans les autres rencontres de la soirée, Reims a surpris Rennes, tandis que Caen et Bastia ainsi que Toulouse et Guingamp n'ont pu se départager.

Metz - Monaco 0-1 : podium en vue pour l'ASM

L'AS Monaco a enchaîné en Lorraine une sixième victoire de rang toutes compétitions confondues, la quatrième en Ligue 1. Les hommes de Leonardo Jardim ont longtemps buté sur une solide équipe messine. C'est Ferreira Carrasco qui a fini par trouver la faille (79e). Qualifiés pour les 8es de finale de la Ligue des champions, les Monégasques terminent l'année en beauté avec ce succès qui leur permet de se rapprocher du podium. Avec 32 points, ils sont provisoirement à quatre longueurs de la troisième place occupée par Lyon, qui se déplace dimanche soir à Bordeaux. A l'inverse, Metz s'englue dans la zone rouge. Le promu est 18e, avec 19 points.

Lorient - Nantes 1-2 : les Canaris ont mangé les Merlus

Nantes s'est offert un deuxième succès d'affilée en Ligue 1 comme cadeau pour Noël. Bammou et Audel ont permis aux Canaris de l'emporter face aux Merlus. Jordan Ayew a inscrit l'unique but lorientais. Les Nantais pointent à la 7e place avec 30 points et vont passer les fêtes au chaud. Les Bretons, eux, ne conservent qu'une longueur d'avance sur la zone rouge.

Rennes - Reims 1-3 : les Bretons font du surplace

Décidément, c'est un samedi soir de séries. Pour Rennes, il s'agit d'un troisième revers d'affilée. Cette fois-ci, le bourreau se nomme Reims. Au stade de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant