Ligue 1 : Marseille, un money time qui coûte cher

le , mis à jour à 08:19
0
Ligue 1 : Marseille, un money time qui coûte cher
Ligue 1 : Marseille, un money time qui coûte cher

ANGERS 1

MARSEILLE 1

 

À écouter Franck Passi, il n'y a pas de quoi s'inquiéter puisque l'OM est « en progrès », comme l'a relevé le coach marseillais après le nul décroché à Angers (1-1). Sur le strict plan comptable, c'est une évidence, son équipe a empoché hier son premier point de la saison à l'extérieur (1-1). Sauf que cet optimisme se heurte à une réalité bien moins rassurante : comme à Nice et à Rennes d'où ils sont rentrés bredouilles après y avoir pris l'avantage, les Azuréens ont craqué en subissant le retour du SCO à l'ultime seconde. « Il nous a manqué trente secondes... », grinçait Henri Bedimo.

 

Pour Marseille, cette mauvaise habitude coûte cher. Au moins cinq points se sont ainsi évaporés, faute d'avoir su gérer les toutes dernières minutes. Une statistique encore plus déprimante si on l'étend au dernier quart d'heure. « On a eu les situations pour tuer ce match, mais ça n'a pas été fait, ce qui nous laisse toujours à la merci d'une erreur, a analysé Rod Fanni. »

 

Le manque d'expérience, fait défaut à un groupe privé d'une boussole nommée Lass Diarra, absent depuis la 3 e journée. « Avec un peu plus de maturité, on passait, mais la maturité est blessée, à la maison », a lâché Franck Passi. « Le coach essai de faire le maximum mais il faut une sentinelle qui dise aux mecs : il reste deux minutes et basta, a embrayé Basile Boli, le coordinateur sportif de l'OM. Ça veut dire que c'est fini, qu'on a fermé la porte, balancé la clé et que l'histoire est terminée. Dans toutes les équipes où j'ai joué, il y avait toujours un mec qui avait le chrono. A mon époque, c'était Deschamps, après il y a eu Pardo, et ils ont acquis cela avec l'expérience. »

 

FEUILLE DE MATCH

Mi-temps : 0-0.

Spectateurs : 13 000.

Arbitre : J. Hamel.

Buts : Angers : Capelle (90e + 3). OM : Thauvin (64e).

ANGERS : Petric - Manceau, Traoré, Thomas, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant