Ligue 1: Marseille prend les favoris de vitesse

le
0
MARSEILLE PREND LA TÊTE DU CHAMPIONNAT
MARSEILLE PREND LA TÊTE DU CHAMPIONNAT

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - On attendait le Paris Saint-Germain et Lille, voire Montpellier, mais c'est l'Olympique de Marseille qui trône au sommet de la Ligue 1 au soir de la troisième journée.

Les Marseillais ont réalisé jusqu'à présent un parcours sans faute conclu par une victoire dimanche après-midi sur la pelouse du champion de France, Montpellier (1-0), qui a valeur de test réussi.

Ce carton plein fait ressortir par contraste les tâtonnements du PSG nouvelle manière, qui a été tenu en échec pour la troisième semaine consécutive, cette fois par les Girondins de Bordeaux (0-0).

André-Pierre Gignac, qui avait disparu des écrans radar la saison dernière avec une seule réalisation en championnat, symbolise à lui seul ce début de saison en trombe pour les Marseillais puisqu'il a déjà inscrit deux fois plus de buts.

Après la tête contre Sochaux le week-end dernier, l'ancien Toulousain de 26 ans a cette fois marqué du pied depuis l'angle de la surface de réparation.

Celui qui avait inscrit un total de 24 buts lors de l'exercice 2008-2009 avant de décliner a envoyé une frappe sans malice à ras de terre qui a trompé le gardien montpelliérain Geoffrey Jourdren, qui en a pourtant vu d'autres.

"C'est anecdotique", a toutefois pris soin de préciser André-Pierre Gignac après le match, évitant de céder à une euphorie trop prématurée.

"Il ne faut pas s'enflammer. Il faut rester les pieds sur terre (...) et ne pas trop se projeter trop loin", a-t-il prévenu, résumant ainsi le message délivré par toute l'équipe.

LES PARISIENS ENTRE DÉPIT ET AGACEMENT

L'attaquant et ses coéquipiers n'auront de toute façon pas le temps de gamberger puisqu'ils disputent jeudi le match retour de barrage de la Ligue Europa contre le Sheriff Tiraspol, sur la pelouse duquel ils se sont imposés 2-1 à l'aller.

De l'Europe à la Ligue 1, Lille a connu une semaine moins faste. Quatre jours après sa défaite au Danemark, qui l'éloigne un peu de la Ligue des champions, le Losc n'a pas réussi à battre Nice samedi (2-2).

Sous les yeux du sélectionneur Didier Deschamps, qui avait fait le déplacement sur la Côte d'Azur, le gardien lillois Mickaël Landreau a endossé le costume du sauveur en fin de match grâce à quelques arrêts héroïques.

"C'est toujours bien de faire un bon match quand (le sélectionneur) est là, mais je ne compte pas sur ça", a commenté Mickaël Landreau, habitué aux rendez-vous manqués avec les Bleus et qui n'a plus gardé les cages de l'équipe de France depuis cinq ans.

Lille, au moins, a inscrit deux buts. Le Paris Saint-Germain ne peut pas en dire autant.

L'absence de Zlatan Ibrahimovic, un des arguments avancés après le 0-0 à Ajaccio dimanche dernier, ne tient plus puisque le géant suédois, remis de sa blessure à la cheville, était de retour sur la pelouse du Parc des Princes.

Les visages des Parisiens comme de leur entraîneur Carlo Ancelotti oscillaient entre le dépit et l'agacement devant leur impuissance face au but qui les a condamnés à quitter le terrain avec un maigre bilan de trois points en trois matches.

Le PSG, qui ne fait aucun mystère de ses ambitions, compte déjà six points de retard sur Marseille.

Avec Dimitri Moulins à Montpellier, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant